L’évolution du taux de change EUR / USD exercerait un impact négatif sur les trésoreries des entreprises

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mai 2016, L’évolution du taux de change €/$ exercerait un impact négatif sur les trésoreries des entreprises.

Un peu plus d’un tiers des trésoriers interrogés en mai estiment que le taux de change de l’euro contre le dollar influence la situation de trésorerie de leur entreprise. Alors que l’euro tend à se réapprécier contre le dollar, une faible majorité de trésoriers estiment que cet impact est négatif sur leur trésorerie.

L-evolution-du-taux-de-change-exercerait-un-impact-negatif-sur-les-tresoreries-des-entreprises_indicateur– Question : Jugez-vous que le niveau actuel de l’EUR/USD influence ou influencera la trésorerie de votre entreprise avec un impact positif ou négatif ?
– Solde d’opinion : Écart entre le pourcentage de réponses « positif » et le pourcentage de réponses « négatif ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • L’appréciation de la situation de trésorerie des grandes entreprises s’érode tendanciellement. Ce mouvement ne s’est pas aggravé en mai.
  • Une courte majorité de trésoriers estime que leur trésorerie globale s’est plutôt dégradée depuis le mois précédent.
  • Malgré leur remontée récente, les prix des matières premières auraient exercé peu d’influence sur les trésoreries des entreprises.
  • Les délais de paiement des clients comme des fournisseurs paraissent stabilisés.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires se détendent à nouveau en mai et les recherches de financement demeurent aisées.
  • La préférence pour la détention de la trésorerie en cash se renforce encore dans le contexte présent de taux très bas sinon négatifs.

En savoir plus, lire l’enquête

La messagerie SWIFT a vu son trafic croitre de 12.5% en Afrique

Blog Avizo AfriqueLes statistiques publiées à la veille de la 23ème Conférence Régionale Africaine de SWIFT montrent que la croissance du trafic via la messagerie SWIFT en Afrique a surpassé la croissance mondiale. Les marchés des titres et des instruments financiers se sont particulièrement démarqués avec une augmentation significative du volume des échanges.

Ile Maurice, le 17 Mai 2016 – D’après les chiffres communiqués par SWIFT, la croissance du trafic en Afrique a surpassé la croissance mondiale. En effet, depuis le début de l’année, on enregistre une hausse de 12.8% du trafic en Afrique contre seulement 5.4% au niveau mondial. Ces chiffres témoignent bien de l’importance grandissante de l’Afrique dans l’activité commerciale internationale de SWIFT. Les niveaux de croissance enregistrés en Afrique sur cette même période dépassent aussi ceux de l’EMEA à 3,2%, et des Amériques à 6,7% mais sont toutefois légèrement derrière ceux de l’Asie Pacifique à  15,00%.

Cette croissance est soutenue essentiellement par une hausse du trafic des titres financiers et des instruments financiers; soit respectivement 15,6% et 23,7%. Au sein de la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC), les chiffres de croissance sont encore meilleurs avec une hausse du trafic des titres financiers de 16,6% et des instruments financiers de 56,1%.

Le secteur des paiements a également connu une forte hausse des volumes échangés, preuve que de nombreux pays africains continuent d’enregistrer une croissance économique relativement bonne en dépit d’un contexte mondial plus difficile. En Afrique, les volumes des paiements échangés via la messagerie SWIFT ont augmenté de 11,6% contre 4,6% au niveau mondial. L’Afrique reste la région la plus dynamique en termes de volume de paiements échangés devant les Amériques à 5,4%, l’EMEA à 4,4% et l’Asie Pacifique à 4,3%.

Les statistiques de croissance attestent elles aussi, d’une trajectoire de croissance à long terme pour l’Afrique. Depuis 2011, le marché des paiements a connu une hausse de 89% au niveau mondial, bien supérieure à la hausse de 50% enregistrée pour SWIFT. Depuis1999, le taux de croissance annuel moyen s’est établit à 16.1% par année glissante pour l’Afrique.

Hugo Smit, en charge de l’Afrique Subsaharienne pour SWIFT affirme : « L’Afrique est un marché extrêmement important pour SWIFT. En dépit de la complexité de l’environnement économique mondial, le continent ne cesse de surpasser les performances de SWIFT dans les autres régions et au niveau mondial. Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive puisque d’autres pays africains diversifient leurs économies. SWIFT continuera d’investir sur son marché africain afin de supporter la communauté financière locale. »

Sido Bestani, en charge du Moyen-Orient, Turquie et Afrique pour SWIFT souligne la valeur des données de SWIFT du fait des informations qu’elles véhiculent au sujet de l’économie des pays africains. « Grace au développement de l’indice SWIFT, nous savons que les statistiques de SWIFT sont étroitement corrélées à l’activité économique. Un accroissement des volumes échangés via la messagerie de SWIFT est de fait un indicateur de croissance économique. Les statistiques publiées aujourd’hui témoignent d’une croissance économique importante et durable à travers toute l’Afrique.

Blog Avizo SwiftEn savoir plus, lire le communiqué de presse

En avril 2016, 30% des très petites entreprises déclarent faire face à des problèmes de trésorerie récurrents

Trésorie TPE blog AvizoChaque mois, Petite-Entreprise.net interroge les patrons de TPE/PME sur l’économie, l’actualité, la vie d’entrepreneur.

Si le dirigeant se tourne en priorité vers son banquier, il diversifie aussi son action pour pallier ce problème, particulièrement lié aux petites structures.

Si les chiffres concernant le nombre de défaillances des très petites entreprises sont encourageants (-9% au premier trimestre 2016*), ces dernières restent très fragiles, notamment en raison de leur niveau de trésorerie. Ainsi, 30% avouent devoir faire face à des problèmes réguliers de trésorerie (chiffre également constaté par l’Observatoire du Financement en 2014) et 56% sont actuellement en trésorerie négative. Quant aux montant liés à ces défauts de trésorerie, il peuvent aller jusqu’à plus de 10 000€ pour 24% des dirigeants interrogés.

Dans 68% des cas, le dirigeant suit lui-même l’évolution de sa trésorerie, et ce quotidiennement pour 63% des sondés. Si un problème survient, il s’adresse en priorité à son banquier (38%) avant de se tourner vers ses amis ou à sa famille (10%). Il peut également envisager un découvert bancaire (10%). Le crowdfunding ne s’applique que rarement à ce type de financement (1,5% des sondés l’utilise pour cela).

Blog Avizo trésorerie TPE mai 2016Vous pouvez également consulter le baromètre de mai 2016 en PDF en cliquant ici.