Fraude au président, l’escroquerie qui a explosé ces dernières années, sort sur grand écran.

Un homme, un téléphone portable, plusieurs millions d’euros dérobés, une quarantaine  d’établissements bernés. Drogué à l’adrénaline que ses arnaques lui procurent, Gilbert Perez manipule et trompe ses victimes avec brio en se faisant passer tour à tour pour leur président puis un agent de la DGSE. Il rêve d’offrir à sa femme Barbara une vie normale, mais insatiable et sans limite, sa folie le mènera à sa perte.

La fraude au président est devenu un problème international

« Dématérialisez vos moyens de paiement, du numéraire au numérique, la dématérialisation est un moyen pour lutter contre la fraude » Bernard GALL, Vice-président de la Commission Système d’information et sécurité – AFTE

AGEFI TV AFTE Video Fraude23/12/2015 – L’AGEFI TV – Journées de l’AFTE 2015

En savoir plus, voir la vidéo

 

Natixis lance myContrôles, un service digital de sécurisation des opérations

Blog Avizo sécurisation des donnéesmyContrôles est un service de sécurisation des virements et des transferts internationaux créé par Natixis pour aider ses clients corporate à se prémunir contre les fraudes de type social engineering, telles que «la fraude au président» ou «la fraude au fournisseur».

myContrôles permet de détecter toute opération vers un compte bénéficiaire utilisé pour la première fois ou ne correspondant pas au profil habituel des paiements que le client aura préalablement défini dans myContrôles.

Tout ordre de paiement «atypique», par rapport aux critères définis par le client, est immédiatement bloqué par myContrôles, qui adresse une alerte au client par e-mail. Le client confirme ou lève l’alerte via le Portail Natixis et décide de rejeter ou d’autoriser l’opération. myContrôles traite indifféremment tous les ordres de paiement reçus, quels que soient les canaux de transmission utilisés (Portail Natixis, télétransmission EBICS ou SWIFTNet, papier).

Cette offre s’appuie sur une solution d’authentification forte et requiert une signature par certificat électronique.

«myContrôles est un outil simple, performant pour aider nos clients à lutter contre le social engineering. Ils n’ont pas besoin de modifier leurs fonctionnements habituels et bénéficient d’un traitement des alertes en temps réel », déclare Jean-Michel Russo, responsable de Global Transaction Banking au sein de la Banque de Grande Clientèle.

En savoir plus, Communiqué de presse Natixis

Pour déjouer la fraude au président, adoptez le protocole Ebics TS !

cle USB securiseeEn effet l’utilisation du protocole d’échange bancaire sécurisé nécessite l’authentification renforcée des utilisateurs.

La signature des fichiers de paiement au moyen d’un certificat électronique en remplacement du fax présente, de plus, de nombreux avantages.

  • L’automatisation des traitements de bout en bout en réduisant les délais d’exécution.
  • La signature électronique garantit l’intégrité des messages transmis et permet l’authentification personnelle de l’émetteur.
  • Le renforcement du contrôle interne avec traçabilité et horodatage.

Avizo propose des missions d’assistance pour le choix de l’autorité de certification, la contractualisation avec les banques, la mise en œuvre des échanges bancaires.

Fraude aux faux virements internationaux : une banque condamnée pour avoir manquer à ses obligations de surveillance, contrôle et vigilance

La chaîne sportive qatarienne BeIN Sports a été victime d’une escroquerie aux faux virements internationaux. Elle a attaqué en justice HSBC, sa banque, et vient d’obtenir gain de cause.

Le jugement du tribunal de commerce

La Banque de France alerte le public sur la recrudescence des tentatives d’usurpation d’identité et de vol de données visant entreprises et particuliers.

Banque de France La Banque de France alerte le public sur la recrudescence des tentatives d’usurpation d’identité et de vol de données visant entreprises et particuliers, sous les prétextes les plus divers (migration SEPA, interdiction bancaire, déblocage de crédit, lettre du Président, activités sur le Forex…)

La Banque de France voit en effet son nom, son logo, ainsi que certains de ses numéros de téléphone et de ses adresses électroniques utilisés dans des appels ou dans des courriers électroniques prétendument effectués depuis un numéro de la Banque de France ou envoyés depuis une adresse @banque-france.fr.

Il est souvent demandé au destinataire de cliquer sur un lien renvoyant vers un faux site de la Banque de France ainsi qu’un formulaire de saisie de données invitant l’internaute à communiquer ses coordonnées bancaires. Ces tentatives d’hameçonnage renvoient également parfois l’internaute vers un faux site sepa[.]verificationclients[.]fr sous prétexte d’une prétendue vérification de données personnelles dans le cadre de l’Espace unique de paiement en euros (Sepa).

Il importe de ne surtout pas répondre à ces sollicitations. La Banque de France appelle à la plus grande vigilance. Aucun crédit ne doit être accordé à ces appels ou courriers électroniques, qui relèvent d’une usurpation d’identité visant à piéger les particuliers et les entreprises (tentative d’hameçonnage ou phishing).

La Banque de France souligne à cet égard qu’elle ne demande jamais que lui soit communiquées des coordonnées bancaires, que ce soit par courrier électronique ou par téléphone. La Banque de France rappelle enfin que les pouvoirs publics ont mis en place un site internet permettant de signaler les escroqueries et contenus illicites sur internet.

Consulter la mise en garde

Étude Euler Hermes DFCG : 80% des entreprises interrogées affirment que la fraude est reconnue comme une menace importante mais seuls 28% d’entre elles disposent d’une cartographie de leurs risques de fraude.

LogoHeaderEuler Hermes > Media Centre > Actualités
Etude fraude 2015 : conséquences et enjeux pour l’entreprise
02.06.2015

Alors que la fraude touche plus d’une entreprise sur deux cette année, Euler Hermes, le leader mondial de l’assurance-crédit, et la DFCG, l’association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion, se sont associés pour réaliser une grande enquête auprès de 184 entreprises.

L’étude nous révèle que 77% des entreprises ont été victimes d’au moins une tentative de fraude externe dans les douze derniers mois et que celles-ci ont subi plus de dix tentatives sur la même période. Un véritable harcèlement qui fragilise tout type d’entreprise, PME ou multinationales.

« Le phénomène est très préoccupant et s’accentue considérablement en France depuis cinq ans », précise Eric Lenoir, Président du comité exécutif d’Euler Hermes France. « 20% des entreprises n’ont pas réussi à déjouer toutes les tentatives de fraude. Dans un contexte économique encore relativement tendu, les pertes induites par ces attaques peuvent sérieusement porter atteinte à la trésorerie de l’entreprise et à sa rentabilité. »

Dans les typologies de tentatives de fraudes externes recensées, l’usurpation d’identité arrive en tête, qu’elle prenne la forme du « faux président », du « faux client » (par de faux ordres de paiement) ou du « faux fournisseur » (par la modification des coordonnées fournisseurs).

80% des entreprises interrogées affirment que la fraude est reconnue comme une menace importante par la direction générale. Des moyens sont d’ores et déjà mis en place pour y faire face : 65% des répondants ont renforcé leurs procédures internes et 32% proposent des formations à leurs collaborateurs. Mais paradoxalement seuls 28% d’entre elles disposent d’une cartographie de leurs risques de fraude.

infographie-fraude-entreprise-2015

Lire l’Etude

Evénements DFCG Bretagne Pays de Loire, Avizo et Kyriba animeront un atelier sur « La Fraude aux moyens de paiement : comment s’en prémunir ? »

Logo DFCGAprès le succès rencontré au DFCG Financium 2014, Avizo renouvelle, avec Kyriba, l’animation d’un atelier sur Fraude aux moyens de paiement : comment s’en prémunir ?

  • Jeudi 18 juin 2015 de 19h00 à 20h30

La fraude aux moyens de paiement explose en France. Pas une semaine sans que le nom d’une entreprise ne fasse la une des journaux! Phishing, fraude au faux virement, fraude au président, faux fournisseurs ou aux pseudo-experts … les sources diffèrent sur les montants, mais ce sont plusieurs centaines de millions qui seraient désormais ainsi détournées chaque année. Mais comment s’en prémunir ?

Kyriba, leader mondial en solutions de gestion de trésorerie et de risques financiers dans le Cloud, a mis en place des solutions pour les Directions financières et les équipes trésoreries sur les différents modes opératoires, les alertes, mais surtout les parades.

Mais souvent le facteur humain est le maillon faible sur lequel s’appuie l’escroc. Avizo partagera ses expériences à travers des cas concrets issus de ses missions d’audit réalisées pour les directions financières.

Cet atelier d’experts exposera les meilleures pratiques pour combattre la fraude aux moyens de paiements, que ce soit sur des problématiques liées aux systèmes d’information et/ou à l’organisation.

Région : Bretagne, Pays de Loire

Pôle d’animation : NANTES-VANNES-VENDEE

Participants.
·         Éric DESQUATREVAUX, Directeur Associé chez Avizo
·         Frédéric SOULIER, Channel Sales Manager chez Kyriba

En savoir plus

Faux virements : l’enseigne Intermarché escroquée de 15 millions d’euros

Logo Le parisien Après avoir pris attache avec un salarié du siège de cette enseigne, située dans le XVe arrondissement à Paris, les aigrefins sont parvenus à le convaincre d’opérer plusieurs virements vers des comptes bancaires, situés en Pologne.

C’est une des dernières victimes connues de l’arnaque dite «au président», également baptisée escroquerie aux faux ordres de virement internationaux (FOVI)…

L’enseigne de grande distribution Intermarché a été ciblée, à la fin du mois d’avril, par des escrocs se faisant passer pour le PDG de cette entreprise.

Selon nos informations, les escrocs ont ainsi pu détourner plus de 15 M€ en l’espace de quelques jours. Une fois la supercherie découverte, l’enseigne a tenté de récupérer ses fonds. En vain. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris avant d’être confiée à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).

En savoir plus http://www.leparisien.fr/faits-divers