L’ atelier au Financium DFCG 2014 sur la fraude aux moyens de paiement, co-animé par Avizo et Neofi Solutions a rencontré un grand succès

Merci à l’ensemble des participants.Financium AVizo Photo 01

Finacium Avizo Photo 02

FINANCIUM 2014 : Un succès qui ne se dément pas : Retrouvez le Communiqué de Presse en cliquant ici

Découvrez les photos de la 12ème édition de Financium, les 9 & 10 décembre 2014 aux Salons Hoche

Alerte aux escroqueries SEPA

Entreprise : Si une banque vous appelle pour tester un virement SEPA méfiance !

Banque : Si une entreprise vous appelle pour tester un prélèvement SEPA : normal, il ne lui reste plus que 22 J 12 H et 18 minutes…

 » Ce « flash » de l’ingérence économique relate un fait dont une entreprise française a récemment été victime. Ayant vocation à illustrer la diversité des comportements offensifs susceptibles de viser les sociétés, il est mis à votre disposition pour vous accompagner dans la diffusion d’une culture de sécurité au sein de votre entreprise. »

DCRI _Flash_n7_-_decembre_2013

Migration prélèvement SEPA SDD : pourquoi dématérialiser le mandat papier signé

En cas de contestation du débiteur, le créancier bénéficie de sept jours bancaires maximum pour apporter la preuve de la validité du mandat signé, à sa banque.

Il est de la responsabilité de la banque du créancier de s’organiser avec son client afin de pouvoir respecter ce délai.

Face à une volumétrie élevée de mandats gérés, il devient alors nécessaire d’utiliser un logiciel de Gestion Électronique des Documents permettant de dématérialiser l’image scannée du mandat papier en un fichier PDF, dont l’intégrité doit pouvoir être vérifiée.

Les mandats dématérialisés sous format électronique doivent être indexés sur les champs contenant les informations obligatoires liées au SEPA que sont la référence unique de mandat (RUM), le nom du débiteur, Le BIC et l’IBAN du débiteur, le nom du créancier et son identifiant SEPA (ICS).

Il est recommandé d’utiliser un coffre-fort numérique, conforme à la norme AFNOR NF Z42-013; offrant des outils permettant de garantir, notamment en cas de litige, l’intégrité et la pérennité des documents et des informations, la traçabilité des opérations et la gestion de la preuve.

La norme NF Z 42-013 énonce un ensemble de spécifications de l’AFNOR concernant les mesures techniques et organisationnelles à mettre en œuvre pour l’enregistrement, le stockage et la restitution de documents électroniques.

Fraude aux chèques falsifiés, l’Urssaf arnaquée par… Durssafa

 www.leparisien.fr › Faits divers

En ajoutant simplement deux lettres sur des milliers de chèques libellés à l’ordre de l’Urssaf, en charge de la collecte des charges sociales et fiscales d’entreprises, les escrocs sont parvenus grâce à cela à détourner près de 18 M€ en l’espace de deux ans.

L’Urssaf arnaquée par… Durssafa.

Fraude : au culot, les escrocs soutirent 14 millions d’euros à une entreprise

 Les voleurs, d’envergure internationale ont eu du culot, du sang-froid et une bonne connaissance des affaires. En un coup de téléphone, ils ont soutiré 14 millions d’euros à une entreprise proche de Rennes.

C’est pendant l’heure du déjeuner, voici une dizaine de jours, au moment où les bureaux sont presque vides, que le coup de fil a été passé à la société PBM Import à Pacé (près de Rennes).

L’entreprise est une filiale de la société anglaise Wolseley, le premier importateur de bois en Europe. Les achats de matériaux à l’étranger sont évidemment courants. Et ils se chiffrent en millions d’euros. En 2011, le négoce du bois a rapporté 11 millions de bénéfices à PBM Import.

Le comptable décroche le téléphone : au bout du fil, une personne se présente comme l’un des principaux dirigeants de la société. Il faut faire un virement de 14 millions d’euros, explique-t-il, pour acheter des matériaux. Il faut aller vite pour être sûr de conclure une bonne affaire.

Dispatché sur des comptes dans le monde entier

L’interlocuteur, très bien informé sur les habitudes d’achats de PBM Import, rassure l’employé. Un mail, portant effectivement le nom d’un des dirigeants, confirme l’ordre de virement. Le comptable reçoit le mail et pense avoir toutes les garanties. Il appelle la banque qui exécute sans difficulté le virement sur un compte à l’étranger.

Il ne se doute pas qu’en réalité, il vient de verser 14 millions d’euros à des escrocs d’envergure internationale.

PBM Import s’est rendu compte assez rapidement que le virement n’avait pas été commandé par la direction. Mais il était déjà trop tard. Quelques minutes après le transfert des fonds en Israël, l’argent a été dispatché sur plusieurs comptes dans le monde entier pour brouiller les pistes.

Ouest France > Rennes > Serge LE LUYER

Europe : 55% des entreprises ne pourront probablement pas respecter la norme SEPA au 1er février 2014

Accueil  >  VIEWS by Finyear  >  Leloup Laurent

Selon la toute dernière étude « SEPA Readiness Thermometer » de PwC, 55% des entreprises en Europe risquent de ne pas respecter l’échéance du 1er février 2014 pour le passage à la norme de paiement européenne SEPA (single euro payment area).

Le degré de préparation des entreprises françaises, au même titre que la majorité des pays du Sud de l’Europe, est inférieur à cette moyenne.
Cette étude, conduite par PwC en janvier 2013, analyse les réponses de 293 entreprises présentes dans 22 pays sur la maturité de leurs organisations face à la mise en oeuvre de cette transition au SEPA.
En traitant ce projet principalement sous l’angle Systèmes et communication bancaire, l’étude montre que la grande majorité des entreprises se focalise principalement sur la mise en conformité au SEPA, et néglige les opportunités associées sur l’optimisation des processus et la réduction des coûts, et met potentiellement en risque la continuité de son business.

La majorité des entreprises n’a pas engagé les travaux suffisants pour être prête avec certitude à la date butoir du 1er février 2014.
– 21,6% des sondés n’ont pas encore défini et planifié les activités de migration. En France, la proportion d’entreprises déclarant avoir un projet SEPA en cours est cependant plus élevée.
– Seuls 43,5% des sondés (moins de 20% pour la France) qui ont déjà planifié leur projet de migration, ont prévu une marge suffisante de mise en oeuvre pour respecter l’échéance du 1er février 2014.
Seuls 13% des sondés ont déjà finalisé leur mise en place du SEPA.

Europe : 55% des entreprises ne pourront probablement pas respecter la norme SEPA au 1er février 2014.

La vraie fausse bonne idée du cash pooling

Lors d’un entretien avec une trésorière française d’un groupe européen, cette dernière m’a indiqué comment d’une trésorerie gérée en une demi-heure le matin par elle-même en directe, elle est passée par une gestion qui s’étale désormais jusqu’à une bonne partie de l’après-midi !

Et cela depuis quelque mois, depuis la mise en place d’un cash poing groupe. En effet sa banque principale est une banque française et la banque du cash pooling est une banque hollandaise.

Afin d’obtenir le détail des informations des opérations domestiques la banque française envoyait des SWIFT MT940 à sa consœur. Mais en raison du rythme quotidien unique et des horaires de cut off des Swift MT101 venant mouvementer dans un sens ou dans un autre le compte français, les mouvements de centralisation venaient toujours avec retard et provoquaient systématiquement des décalages de valeur.

Afin de se rapprocher cela position 0 en valeur, la banque française est passée à un reporting des opérations via MT942 permettant plusieurs vacations par jour.

Mais hélas, du fait des horaires tardifs de comptabilisation de certaines opérations domestiques par cette banque française, seule une partie d’opération de la journée était alors prise en compte par la banque hollandaise générant des écarts encore plus importants en valeurs provoquant parfois des tensions avec la banque française.

La trésorière passe dorénavant sa journée à suivre les vacations de sa banque française afin d’éviter des positions incorrectes en valeur.

Voilà un des effets pervers d’un cash poing, rarement mis en avant auprès des directions générales groupe, qui adhère très facilement au concept de position 0 dans l’ensemble du groupe, mais qui ne perçoivent pas parfois les effets contraires.

Il faudrait pouvoir faire un essai gratuit de 3 mois de cash pooling afin de pouvoir dire que l’essayer c’est l’adopter.

En attendant « MyTreasury » sur Ipad

Natixis propose « myCashmanagement » sur la PlayBook de BlackBerry. Après le lancement de myCashmanagement sur smartphone début 2011, Natixis propose aux entreprises et aux institutionnels de gérer leur trésorerie depuis la tablette BlackBerry PlayBookTM.

http://www.natixis.com/upload/docs/application/pdf/2011-07/cp_mycashmanagement_sur_playbook.pdf

Migration Ebics

Migrer sereinement avec Avizo.

Vous êtes conscient de la migration obligatoire de vos contrats Etebac 3 actuels vers de nouveaux contrats Ebics et ce avant le 30 septembre 2011. L’expérience de nos premiers clients ayant déjà effectué cette migration, nous montre que c’est loin d’être une formalité. Ainsi, par exemple, sauriez vous retrouvez vos contrats Etebac actuels, parfois vieux plus de 10 ans, que certaines banques exigent ?

Avizo innove et propose une mission courte, opérationnelle pour migrer sereinement vers Ebics.

Cette méthode systématique, labellisée Migration Ebics, comprend les étapes suivantes :

* Recensement exhaustif des services Etebac actuellement actifs * Optimisation des échanges bancaires sous IP * Accompagnement à la souscription et à la signature de vos nouveaux contrats bancaires administratifs et techniques Ebics * Proposition d’un nouveau logiciel de communication dans un large choix de solutions compatibles Ebics * Génération certificats électroniques et validation des nouveaux serveurs bancaires * Tests de télétransmission et mise en production

Cette mission d’accompagnement vous permettra d’aborder sereinement cette migration Ebics. Ce ne sera sans doute pas le cas d’une grande partie des 90 000 entreprises qui utilisent actuellement Etebac 3. En effet, elles devront, probablement, toutes simultanément solliciter les services techniques des banques et des éditeurs de logiciels qui ne seront plus en mesure de satisfaire tout le monde en même temps.

Pour bénéficier de cet accompagnement au plus vite, prenons RDV sans plus attendre.