La situation des trésoreries d’exploitation devient un peu plus difficile

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de juillet 2016, La situation de trésorerie d’exploitation des grandes entreprises et des ETI est jugée difficile par une courte majorité de trésoriers d’entreprise pour le troisième mois consécutif. La tendance à la dégradation des opinions observée depuis début 2016 se prolonge.

La-situation-des-tresoreries-d-exploitation-devient-un-peu-plus-difficile_indicateurQuestion : Comment jugez-vous actuellement la situation de la trésorerie d’exploitation (flux) de votre entreprise : aisée, normale ou difficile ?

Solde : Ecart entre le pourcentage de réponses « aisées » et le pourcentage de réponses « difficiles ».

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de la trésorerie d’exploitation des grandes entreprises et des ETI est difficile selon une courte majorité de trésoriers d’entreprises.
  • La trésorerie globale ne s’est toutefois pas dégradée au cours des deux derniers mois.
  • Le prix du pétrole et le taux de change euro/dollar influencent négativement l’évolution de la trésorerie.
  • Les délais de paiement des clients se tendent moins pour une majorité de trésoriers.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires demeurent orientées à la baisse et les recherches de financement plutôt aisées.
  • Une proportion croissante de trésoriers anticipe de mettre en place de nouvelles lignes de crédits de précaution.

En savoir plus, lire l’enquête

La trésorerie globale des entreprises se dégraderait

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mars 2016, La trésorerie globale des entreprises se dégraderait. En mars, pour le deuxième mois consécutif, une majorité de trésoriers considère que la trésorerie globale de leur entreprise s’est dégradée au cours du dernier mois. L’inflexion à la baisse est très nette. Le solde d’opinion sur la trésorerie d’exploitation rechute et passe en territoire négatif pour la première fois depuis juin 2015.


Blog Avizo La tresorerie globale des entreprises se degraderaitQuestion : Votre situation de trésorerie globale est-elle, par rapport au mois précédent : améliorée, au même niveau ou dégradée ? Ecart entre le pourcentage de réponses « améliorée » et le pourcentage de réponses « dégradée ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de trésorerie des grandes entreprises s’est dégradée selon les trésoriers des grandes entreprises et des ETI.
  • La trésorerie globale se détériorerait, une observation inédite depuis deux ans.
  • L’influence exercée par les évolutions des prix des matières premières aurait été plutôt positive malgré la remontée récente du prix du pétrole.
  • Les délais de paiement des clients comme des fournisseurs se stabilisent.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires ont cessé de reculer depuis quatre mois.
  • La détention en cash demeure le véhicule privilégié pour le « placement » de la trésorerie.

En savoir plus, lire l’enquête

La trésorerie globale des grandes entreprises et ETI s’améliore très progressivement

Blog Avizo logo Coe-RexecodeSelon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de novembre 2015, auprès des trésoriers des grandes entreprises françaises,le vif rebond de la trésorerie d’exploitation signalé dans les enquêtes de septembre et octobre n’est pas confirmé en novembre. De même, la tendance suivie par la trésorerie globale des entreprises reste celle d’une amélioration progressive. Une courte majorité de trésoriers jugent qu’elle s’est améliorée en novembre.

1511-La-tresorerie-globale-des-grandes-entreprises-et-ETI-s-ameliore-tres-progressivement_indicateurQuestion : Votre situation de trésorerie globale est-elle, par rapport au mois précédent : améliorée, au même niveau ou dégradée ? Ecart entre le pourcentage de réponses « améliorée » et le pourcentage de réponses « dégradée ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de trésorerie d’exploitation est jugée aisée par une majorité de trésoriers, mais de manière moins marquée que lors du mois dernier.
  • La tendance suivie par la trésorerie globale reste celle d’une amélioration seulement graduelle.
  • Les évolutions de prix des matières premières et du taux de change de l’euro/dollar influenceraient négativement la trésorerie des entreprises en novembre.
    Les délais de paiement des clients se tasseraient légèrement alors que ceux accordés aux fournisseurs seraient à la hausse.
  • Les recherches de financement sont toujours jugées aisées et les marges pratiquées sur les crédits bancaires se détendent à nouveau.
  • Plus que jamais, alors que les taux d’intérêt sont très faiblement rémunérateurs, la détention en cash est le « placement » privilégié par les trésoriers.

En savoir plus, lire l’enquête

 

 

La trésorerie d’exploitation des grandes entreprises et ETI retrouve un point haut en France

Blog Avizo logo Coe-Rexecode Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode d’octobre 2015, auprès des trésoriers des grandes entreprises françaises, après une amélioration déjà sensible le mois dernier, la première estimation du solde des opinions des trésoriers sur la situation de trésorerie d’exploitation se redresse à nouveau significativement dans notre enquête d’octobre. Il retrouve un niveau inédit depuis 2007.
La-tresorerie-d-exploitation-des-grandes-entreprises-et-ETI-retrouve-un-point-haut-en-France_indicateurQuestion : Comment jugez-vous actuellement la situation de la trésorerie d’exploitation (flux) de votre entreprise : aisée, normale ou difficile ? Ecart entre le pourcentage de réponses « aisées » et le pourcentage de réponses « difficiles ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • Après une première hausse en septembre, le solde d’opinion sur la trésorerie d’exploitation s’améliore à nouveau sensiblement.
  • La trésorerie globale s’est améliorée au cours du mois écoulé.
  • Le recul des prix des matières premières influence à nouveau positivement la trésorerie des grandes entreprises et des ETI.
  • Les délais de paiement des fournisseurs confirment leur tendance à la hausse. Ceux accordés aux clients sont stables.
  • Les recherches de financement sont jugées aisées et les marges pratiquées sur les crédits bancaires se détendent à nouveau.
  • La situation aisée de la trésorerie d’exploitation incite peu les trésoriers des grandes entreprises et des ETI à mettre en place de nouvelles lignes de crédit de précaution.
    Dans un environnement de taux d’intérêt très bas, la détention en cash est le « placement » privilégié par les trésoriers.

En savoir plus, lire l’enquête

Délai de paiement règlements fournisseurs : 13,6 jours de retard en moyenne, la pire valeur depuis 10 ans.

clavier délai de paiementLes paiements des TPE se dégradent, ceux des PME-ETI s’assoupissent. Les retards de règlement sont encore nombreux dans l’administration de l’État tandis que les Collectivités Territoriales font mieux que le privé. Timide amélioration en Europe mais les paiements se tendent en Allemagne.

Selon une étude Altares, les comportements de paiement interentreprises se durcissent encore en France. Sous les 12 jours en début d’année 2014, le retard moyen de règlement des fournisseurs augmente d’une demi-journée chaque trimestre depuis un an pour atteindre désormais 13,6 jours, sa pire valeur depuis dix ans. Seulement 36,5 % des entreprises françaises payent toutes leurs factures à l’heure. De plus, 8 % décalent le règlement de plus de 30 jours ; elles étaient 6,2 % un an plus tôt et même sous les 6 % auparavant, notamment en période de crise.

En Europe, les comportements de paiement s’améliorent très légèrement mais à 14,6 jours de retard en moyenne et 9,7 % d’entreprises au-delà de trente jours, la situation demeure tendue.

  • Le Contexte Européen : La France championne d’Europe des petits retards, le leader Allemand s’essouffle.
  • Focus sur la France : L’Administration de l’État reste le mauvais élève mais les collectivités territoriales font mieux que le privé.
  • Focus chiffres : 36,5% de « bons payeurs » en France, contre 41% en Europe, 13,6 jours de retard de paiement en France

En savoir plus, lire l’enquête Comportements de paiement des entreprises en France et en Europe : 2ème trimestre 2015

Les recherches de financement restent aisées selon les trésoriers

Blog Avizo logo Coe-Rexecode Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de juillet 2015, auprès des trésoriers des grandes entreprises françaises, le solde des opinions sur leurs recherches de financements est très stable depuis un an. Il s’est effrité de manière assez sensible dans l’enquête de juillet mais demeure dans une zone qui suggère que les recherches de financement restent plutôt aisées.

Les-recherches-de-financement-restent-aisees-selon-les-tresoriers_indicateurQuestion : Vos recherches de financements sont-elles faciles, normales ou difficiles ? Ecart entre le pourcentage de réponses « faciles » et le pourcentage de réponses « difficiles ».

 

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • Le solde d’opinion des trésoriers sur la trésorerie d’exploitation se stabilise dans une zone neutre.
  • Il s’améliore sensiblement en ce qui concerne les opinions sur l’évolution de la trésorerie globale.
  • L’évolution des prix des matières premières pénalise la trésorerie des grandes entreprises et des ETI.
  • Les délais de paiement des clients ont eu tendance à remonter depuis le début de l’année. Ils se stabiliseraient désormais.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires reculeraient faiblement.
  • Peu de trésoriers anticipent de mettre en place de nouvelles lignes de crédit de précaution.

En savoir plus, lire l’enquête

Les marges sur les crédits bancaires ont cessé de se détendre

Blog Avizo logo Coe-RexecodeSelon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mai 2015, auprès des trésoriers des grandes entreprises françaises,pour le deuxième mois consécutif,Les marges sur les crédits bancaires ont cessé de se détendre

Le solde des opinions des trésoriers sur les marges payées sur leurs crédits bancaires se rapproche de la zone indiquant une tendance à l’augmentation de ces marges. Plus généralement, tous les indicateurs de l’enquête s’orientent vers une zone défavorable.

Les-marges-sur-les-credits-bancaires-ont-cesse-de-se-detendre_indicateurQuestion : La marge payée sur vos crédits bancaires a-t-elle tendance à augmenter, rester stable ou diminuer ? Écart entre le pourcentage de réponses « tendance à augmenter » et le pourcentage de réponses « tendance à baisser ».

 

Principaux résultats de l’enquête

  • Tous les indicateurs de l’enquête se sont retournés depuis quelques mois et s’orientent vers une zone défavorable.
  • La trésorerie globale des grandes entreprises et des ETI se dégrade et évolue de manière plus défavorable qu’anticipée par les trésoriers.
  • L’évolution des prix des matières premières et du pétrole sur les trésoreries est redevenue négative pour une courte majorité de trésoriers.
  • Les recherches de financement sont jugées aisées mais leur tendance à l’amélioration est interrompue.
  • Les placements très liquides restent privilégiés par les trésoriers. Les mouvements récents de remontée des taux d’intérêt ne semblent pas avoir modifié jusqu’à présent leurs préférences en matière de supports de placement.

Lire l’enquête

Bercy organise une conférence avec pour thème « Trésorerie des entreprises »

Blog Avizo Trésorerie des entrepriseLa situation de la trésorerie de son entreprise est au cœur des préoccupations du chef d’entreprise.

De nombreux facteurs contribuent à la situation de la trésorerie d’une entreprise : les délais de paiement et leur respect par les donneurs d’ordre privés ou publics, les outils de gestion et de suivi de la trésorerie, le recours à la facturation électronique , les outils de financement et de couverture du bas de bilan ainsi que l’accompagnement et la montée en compétence des chefs d’entreprise. Travailler à l’amélioration de la trésorerie des entreprises nécessite de s’interroger sur chacun de ces facteurs.

C’est pourquoi Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics et Emmanuel MACRON, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique ont souhaité consacrer une manifestation dédiée à ce sujet. Celle-ci s’adresse prioritairement aux entreprises, PME, ETI, grands groupes, banques, institutionnels, organismes financiers spécialisés et administrations.

Ces rencontres permettront aux différents acteurs concernés, publics et privés, d’échanger sur pistes de progrès envisageables en ces domaines. Le Gouvernement présentera à cette occasion un ensemble de mesures visant à améliorer la situation de la trésorerie des entreprises.

Lire Le dossier de presse

Les conditions du financement des grandes entreprises et des ETI s’améliorent

Blog Avizo logo Coe-RexecodeSelon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mars 2015, auprès des trésoriers des grandes entreprises françaises, les conditions du financement des grandes entreprises et des ETI paraissent s’améliorer de nouveau.

Une majorité croissante des trésoriers interrogés dans le cadre de notre enquête estiment que les marges sur les crédits bancaires sont en réduction et que la recherche de financements est plus aisée. Ce constat est aussi valable pour février après la nette révision à la hausse de ces deux indicateurs.

Les-conditions-du-financement-des-grandes-entreprises-et-des-ETI-s-ameliorent_indicateurQuestion : La marge payée sur vos crédits bancaires a-t-elle tendance à augmenter, rester stable ou diminuer ? Ecart entre le pourcentage de réponses « tendance à augmenter » et le pourcentage de réponses « tendance à baisser ».

 

Principaux résultats de l’enquête

  • La situation de la trésorerie d’exploitation est aisée selon une majorité de trésoriers de grandes entreprises et d’ETI.
  • Toutefois, la trésorerie globale (après investissements et financement) se dégraderait quelque peu depuis le début de l’année.
  • En ligne avec la remontée du cours du baril de pétrole en euros, l’influence des prix des matières premières sur les trésoreries redevient négative pour une (faible) majorité de trésoriers.
  • Les conditions de financement des entreprises s’améliorent : les marges sur les crédits se détendent et les recherches de financement sont aisées.
    Très peu de trésoriers anticipent de mettre en place des lignes de crédit de précaution

Les conditions du financement des grandes entreprises et des ETI s’améliorent

Financement en dette des PME ETI : Nouvelles Recommandations

  • Accélérer les Développements de la Titrisation et des Placements Privés
  • Développer l’Analyse Crédit

Paris EUROPLACE a publié le 11 mars un rapport sur le financement en dette des PME/ETI en France, destiné à alimenter les travaux du « Comité Place Financière de Paris 2020 ». Ce rapport est produit par la Commission Financement des PME/ETI, animée par Olivier CASANOVA, Directeur financier de Tereos, au sein du Collège Entreprises de Paris EUROPLACE, présidé par Bruno Lafont, Président Directeur Général de Lafarge.

Olivier CASANOVA souligne que « le financement en dette est une préoccupation quotidienne des PME/ETI françaises. Actuellement, en France, le flux de financement est d’environ 100 milliards d’euros en dette pour 10 milliards d’euros en fonds propres. »

Les financements bancaires sont et resteront la pierre angulaire du financement des PME/ETI en France. Durant la crise financière les banques françaises ont maintenu leurs financements dans des conditions de coûts et de volumes très compétitifs. En parallèle, des sources de financements complémentaires se développent, offrant notamment des maturités plus longues. Dans le même temps, les investisseurs institutionnels, qui sont à la recherche de rendements, compte tenu d’un environnement général de taux bas, souhaitent diversifier leurs investissements et se tournent vers le financement direct de l’économie.

Dans ce contexte, la cartographie des modes de financement complémentaire est en phase de recomposition en France. Le marché des placements privés, notamment, progresse rapidement avec 7 milliards d’euros levés en 2012 et 2013. En Europe il devrait représenter d’ici 3-4 ans près de 60 milliards d’euros, dont 25% pour la France, contre 14% en 2013. Le marché des émissions obligataires se développe également, ainsi que les financements participatifs (crowdfunding). L’objectif doit être d’offrir de nouvelles sources de financements aux PME/ETI, qui viendraient compléter le financement bancaire et favoriser une diversité d’options de financement, pour répondre au mieux à la pluralité des besoins, des tailles et des natures de PME/ETI emprunteuses. Il s’agit d’un enjeu majeur pour la Place de Paris pour attirer les émetteurs PME/ETI, et les investisseurs européens et internationaux.

Paris EUROPLACE, 11-03-2014 Communiqué de Presse