L’appréciation de la situation de trésorerie s’effrite légèrement

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de septembre 2017, L’opinion des trésoriers des grandes entreprises et ETI sur l’évolution de la trésorerie globale et de la trésorerie d’exploitation de leur entreprise semble avoir atteint un point haut au printemps et au début de l’été derniers. Le solde d’opinion reflue légèrement sur ces deux questions.

L-appreciation-de-la-situation-de-tresorerie-s-effrite-legerement_indicateurQuestion : Votre situation de trésorerie globale est-elle, par rapport au mois précédent : améliorée, au même niveau ou dégradée ?

 

 

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • Un point haut a été franchi tant en ce qui concerne l’appréciation de la situation de trésorerie des grandes entreprises et des ETI que celle de son évolution.
  • Les trésoreries sont restées relativement hermétiques à l’évolution pourtant marquée du taux de change de l’euro/ dollar depuis deux mois.
  • Les délais de paiement accordés aux clients augmenteraient légèrement. Ceux négociés avec les fournisseurs se raccourciraient.
  • La grande stabilité qui prévaut depuis quatre ans sur l’appréciation favorable des marges bancaires sur les crédits comme sur l’accès plutôt aisé au financement perdure.
  • La hiérarchie des préférences en matière de placements de la trésorerie se fige depuis quelques mois en faveur de la détention en cash des liquidités.

En savoir plus, lire l’enquête AFTE/Coe-Rexecode

Le cash est plus que jamais le support de placement privilégié des trésoreries.

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode d’avril 2017, Le primat accordé au cash pour le placement de la trésorerie reste plus que jamais d’actualité. Il se renforce même en avril au détriment des placements en OPCVM de quelque nature que ce soit, ou des dépôts à terme.

Blog Avizo Le-cash-est-plus-que-jamais-le-support-de-placement-privilegie-des-tresoreries_indicateurQuestion : Classez dans l’ordre d’importance les supports de placements utilisés pour votre entreprise (de 1 à 4)

 

 

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de la trésorerie d’exploitation est toujours jugée aisée par une majorité de trésoriers d’entreprises.
  • Une part croissante de trésoriers jugent que la trésorerie globale de leur entreprise s’améliore. Elle rejoint un niveau inédit depuis 2005.
  • Le cours des matières premières et le taux de change euro / dollar pèsent négativement sur l’évolution des trésoreries.
  • Les délais de paiement se détendent pour les clients comme pour leurs fournisseurs.
  • Les recherches de financement restent aisées bien que les marges de crédit bancaire aient cessé de reculer.
  • Les trésoriers privilégient encore un peu plus le cash en tant que véhicule de placement de leurs liquidités au détriment des OPCVM et des DAT.

En savoir plus, lire l’enquête AFTE/Coe-Rexecode

la trésorerie globale des grandes entreprises et ETI s’améliore nettement

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de février 2016, après une dégradation à l’automne, la trésorerie globale des grandes entreprises et ETI s’améliore nettement selon les trésoriers interrogés en février. Le solde d’opinions relatif à la situation de la trésorerie d’exploitation s’est aussi sensiblement amélioré au cours des trois derniers mois.

Blog avizo la trésorerie s'amélioreQuestion : Votre situation de trésorerie globale est-elle, par rapport au mois précédent : améliorée, au même niveau ou dégradée ?

Solde d’opinion : Écart entre le pourcentage de réponses « améliorée » et « dégradée ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de la trésorerie d’exploitation est jugée plus aisée par les trésoriers pour le troisième mois consécutif.
  • La trésorerie globale a connu une amélioration similaire, ce qui constitue une bonne surprise par rapport aux anticipations des trésoriers.
  • L’influence du taux de change et celle des prix des matières premières sur les trésoreries d’exploitation sont toutes deux négatives.
  • Les recherches de financement bancaire deviennent plus difficiles et la diminution des marges de crédits bancaires ralentit.
  • Les délais de paiement paraissent se détendre à destination des clients, mais tendent à s’allonger vis-à-vis des fournisseurs.
  • La détention en cash demeure largement le véhicule de « placement » privilégié des liquidités.

En savoir plus, lire l’enquête AFTE/Coe-Rexecode

Avec la remontée des cours du Brent observée depuis le 11 novembre, l’influence des prix des matières premières est perçue comme étant plus négative

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de décembre 2016, près d’un tiers des trésoriers  interrogés en décembre estime que l’évolution des prix des matières premières exerce une influence sur la situation de trésorerie de leur entreprise. En cohérence avec la remontée des cours du Brent observée depuis le 11 novembre, cette influence est perçue comme étant un peu plus négative que lors du mois précédent.

avec-la-remontee-des-cours-du-brent-observee-depuis-le-11-novembre-l-influence-des-prix-des-matieres-premieres-est-percue-comme-etant-plus-negative_indicateurQuestion : Jugez-vous que le niveau actuel du prix des matières premières (y compris pétrole) influence ou influencera la trésorerie de votre entreprise avec un impact positif ou négatif

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de la trésorerie d’exploitation est jugée un peu plus aisée par les trésoriers.
  • La dégradation de la trésorerie globale, observée depuis septembre, se tempère.
  • L’influence du taux de change sur la trésorerie est redevenue négative, malgré la dépréciation de l’euro contre le dollar depuis début novembre.
  • Les recherches de financement bancaire restent aisées.
  • Les délais de paiement continuent à s’allonger, à destination des clients comme vis-à-vis des fournisseurs.
  • La détention en cash confirme son statut de « placement » privilégié des liquidités. Une légère remontée des OPCVM est observée.

En savoir plus, lire l’enquête AFTE/Coe-Rexecode

Les recherches de financement n’auraient jamais été aussi aisées depuis 2007 selon les trésoriers

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de octobre 2016, une majorité de trésoriers des grandes entreprises et des ETI estiment que leurs recherches de financement restent aisées. Le solde des opinions retrouve un niveau qui n’avait plus été atteint deux mois d’affilée depuis 2007 et la crise ouverte à partir de l’été cette année-là.

les-recherches-de-financement-n-auraient-jamais-ete-aussi-aisees-depuis-2007-selon-les-tresoriers_indicateurQuestion : Vos recherches de financements sont-elles faciles, normales ou difficiles ?

Solde : Ecart entre le pourcentage de réponses « faciles » et le pourcentage de réponses « difficiles ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de la trésorerie d’exploitation est jugée comme plutôt aisée par les trésoriers. L’appréciation dégradée relevée par l’enquête du mois dernier a été gommée.
  • La trésorerie globale s’améliore à nouveau mais de manière moins marquée que lors du mois précédent.
  • Avec la remontée du prix du pétrole, les prix des matières premières influencent de manière négative la trésorerie des grandes entreprises.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires reculent depuis près de trois ans. C’est à nouveau le cas en octobre.
  • La détention en cash demeure le « placement » privilégié par les trésoriers interrogés.

En savoir plus, lire l’enquête AFTE/Coe-Rexecode

La situation des trésoreries d’exploitation devient un peu plus difficile

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de juillet 2016, La situation de trésorerie d’exploitation des grandes entreprises et des ETI est jugée difficile par une courte majorité de trésoriers d’entreprise pour le troisième mois consécutif. La tendance à la dégradation des opinions observée depuis début 2016 se prolonge.

La-situation-des-tresoreries-d-exploitation-devient-un-peu-plus-difficile_indicateurQuestion : Comment jugez-vous actuellement la situation de la trésorerie d’exploitation (flux) de votre entreprise : aisée, normale ou difficile ?

Solde : Ecart entre le pourcentage de réponses « aisées » et le pourcentage de réponses « difficiles ».

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de la trésorerie d’exploitation des grandes entreprises et des ETI est difficile selon une courte majorité de trésoriers d’entreprises.
  • La trésorerie globale ne s’est toutefois pas dégradée au cours des deux derniers mois.
  • Le prix du pétrole et le taux de change euro/dollar influencent négativement l’évolution de la trésorerie.
  • Les délais de paiement des clients se tendent moins pour une majorité de trésoriers.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires demeurent orientées à la baisse et les recherches de financement plutôt aisées.
  • Une proportion croissante de trésoriers anticipe de mettre en place de nouvelles lignes de crédits de précaution.

En savoir plus, lire l’enquête

L’évolution du taux de change EUR / USD exercerait un impact négatif sur les trésoreries des entreprises

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mai 2016, L’évolution du taux de change €/$ exercerait un impact négatif sur les trésoreries des entreprises.

Un peu plus d’un tiers des trésoriers interrogés en mai estiment que le taux de change de l’euro contre le dollar influence la situation de trésorerie de leur entreprise. Alors que l’euro tend à se réapprécier contre le dollar, une faible majorité de trésoriers estiment que cet impact est négatif sur leur trésorerie.

L-evolution-du-taux-de-change-exercerait-un-impact-negatif-sur-les-tresoreries-des-entreprises_indicateur– Question : Jugez-vous que le niveau actuel de l’EUR/USD influence ou influencera la trésorerie de votre entreprise avec un impact positif ou négatif ?
– Solde d’opinion : Écart entre le pourcentage de réponses « positif » et le pourcentage de réponses « négatif ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • L’appréciation de la situation de trésorerie des grandes entreprises s’érode tendanciellement. Ce mouvement ne s’est pas aggravé en mai.
  • Une courte majorité de trésoriers estime que leur trésorerie globale s’est plutôt dégradée depuis le mois précédent.
  • Malgré leur remontée récente, les prix des matières premières auraient exercé peu d’influence sur les trésoreries des entreprises.
  • Les délais de paiement des clients comme des fournisseurs paraissent stabilisés.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires se détendent à nouveau en mai et les recherches de financement demeurent aisées.
  • La préférence pour la détention de la trésorerie en cash se renforce encore dans le contexte présent de taux très bas sinon négatifs.

En savoir plus, lire l’enquête

En avril 2016, 30% des très petites entreprises déclarent faire face à des problèmes de trésorerie récurrents

Trésorie TPE blog AvizoChaque mois, Petite-Entreprise.net interroge les patrons de TPE/PME sur l’économie, l’actualité, la vie d’entrepreneur.

Si le dirigeant se tourne en priorité vers son banquier, il diversifie aussi son action pour pallier ce problème, particulièrement lié aux petites structures.

Si les chiffres concernant le nombre de défaillances des très petites entreprises sont encourageants (-9% au premier trimestre 2016*), ces dernières restent très fragiles, notamment en raison de leur niveau de trésorerie. Ainsi, 30% avouent devoir faire face à des problèmes réguliers de trésorerie (chiffre également constaté par l’Observatoire du Financement en 2014) et 56% sont actuellement en trésorerie négative. Quant aux montant liés à ces défauts de trésorerie, il peuvent aller jusqu’à plus de 10 000€ pour 24% des dirigeants interrogés.

Dans 68% des cas, le dirigeant suit lui-même l’évolution de sa trésorerie, et ce quotidiennement pour 63% des sondés. Si un problème survient, il s’adresse en priorité à son banquier (38%) avant de se tourner vers ses amis ou à sa famille (10%). Il peut également envisager un découvert bancaire (10%). Le crowdfunding ne s’applique que rarement à ce type de financement (1,5% des sondés l’utilise pour cela).

Blog Avizo trésorerie TPE mai 2016Vous pouvez également consulter le baromètre de mai 2016 en PDF en cliquant ici.

 

La trésorerie globale des entreprises se dégraderait

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mars 2016, La trésorerie globale des entreprises se dégraderait. En mars, pour le deuxième mois consécutif, une majorité de trésoriers considère que la trésorerie globale de leur entreprise s’est dégradée au cours du dernier mois. L’inflexion à la baisse est très nette. Le solde d’opinion sur la trésorerie d’exploitation rechute et passe en territoire négatif pour la première fois depuis juin 2015.


Blog Avizo La tresorerie globale des entreprises se degraderaitQuestion : Votre situation de trésorerie globale est-elle, par rapport au mois précédent : améliorée, au même niveau ou dégradée ? Ecart entre le pourcentage de réponses « améliorée » et le pourcentage de réponses « dégradée ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de trésorerie des grandes entreprises s’est dégradée selon les trésoriers des grandes entreprises et des ETI.
  • La trésorerie globale se détériorerait, une observation inédite depuis deux ans.
  • L’influence exercée par les évolutions des prix des matières premières aurait été plutôt positive malgré la remontée récente du prix du pétrole.
  • Les délais de paiement des clients comme des fournisseurs se stabilisent.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires ont cessé de reculer depuis quatre mois.
  • La détention en cash demeure le véhicule privilégié pour le « placement » de la trésorerie.

En savoir plus, lire l’enquête

Les recherches de financement des grandes entreprises et ETI restent plutôt aisées

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de janvier 2016, Une courte majorité de trésoriers d’entreprise relevait en décembre 2015 une hausse de la marge payée sur les crédits bancaires ; cette observation n’est pas confirmée par l’enquête de janvier. Dans la même ligne, les recherches de financement se seraient un peu détendues selon les trésoriers interrogés début janvier.

Les-recherches-de-financement-des-grandes-entreprises-et-ETI-restent-plutot-aisees_indicateurQuestion : Vos recherches de financements sont-elles faciles, normales ou difficiles ? Ecart entre le pourcentage de réponses « faciles » et le pourcentage de réponses « difficiles ».

 

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de trésorerie des grandes entreprises est jugée aisée par les trésoriers.
  • La trésorerie globale s’est à nouveau améliorée au cours du mois écoulé et d’une manière un peu plus forte qu’anticipée.
  • Malgré le recul du prix du pétrole, les évolutions de prix des matières premières et du taux de change de l’euro/dollar auraient exercé peu d’influence sur la trésorerie des entreprises.
  • Les délais de paiement des clients comme des fournisseurs se tasseraient légèrement.
  • La légère tension sur les marges pratiquées sur les crédits bancaires relevée en décembre n’est pas confirmée dans l’enquête de janvier.
  • La proportion de trésoriers anticipant de mettre en place des nouvelles lignes de crédit de précaution se tasse légèrement.

En savoir plus, lire l’enquête