Ce n’est pas du cinéma, la fraude au président a couté plus de 19 millions d’euros au groupe Pathé.

Dans notre post fraude au président, l’escroquerie qui a explosé ces dernières années, sort sur grand écran, nous annoncions la sortie du film « Je compte sur vous » dans les salles des Cinéma Pathé Gaumont. « Ironie du sort ? », c’est ce même groupe qui a été victime de cette fraude au faux président, qui lui a coûté plus de 19 millions d’euros.

Fraude au présidentLes escrocs, se faisant passer pour les dirigeants du groupe, se sont rapprochés de la directrice de Pathé Pays-Bas, Dertje Meijer, et de son directeur financier, Edwin Slutter.
Sous couvert d’une prétendue acquisition à Dubai, les fraudeurs ont réussi à obtenir l’exécutions de plusieurs virements.

Une fois la supercherie dévoilée, les deux dirigeants ont été aussitôt remercié. Contestant son licenciement le directeur financier  porté l’affaire devant la justice.

«Pathé semble avoir été la cible d’un groupe de fraudeurs professionnels qui, grâce à une communication raffinée, a réussi à gagner la confiance de certains collaborateurs » de la filiale du groupe aux Pays-Bas, a déclaré un tribunal d’Amsterdam.

Les dirigeants et les actionnaires du groupe reprochent aux deux personnes impliquées dans cette fraude au président d’avoir « négligé des signaux » qui auraient dû les alerter sur la tentative de fraude mentionne le tribunal.

La fraude aux moyens de paiement explose en France. Pas une semaine sans que le nom d’une entreprise ne fasse la une des journaux (Faux ordre de virement international, Fraude aux coordonnées bancaires, Fraude au président…)
Les sources diffèrent sur les montants, mais ce sont plusieurs centaines de millions qui seraient désormais ainsi détournées chaque année.

Mais comment se prémunir de cette fraude aux moyens de paiement qui touche l’ensemble des entreprises ? Télécharger gratuitement notre livre blanc. Nous vous proposons d’exposer les meilleures pratiques pour combattre la fraude aux moyens de paiements, que ce soit sur des problématiques liées aux systèmes d’information ou à l’organisation, pour des fraudes externes ou internes à l’entreprise.

SWIFT lance un nouveau service pour bloquer les paiements suspects

Contrôle des paiementsBrussels, 22 October 2018, SWIFT annonce aujourd’hui l’introduction de Payment Controls, une nouvelle solution intelligente en réseau destinée à lutter contre les paiements frauduleux et à renforcer la sécurité existante de ses clients.

La disponibilité commerciale de ce service marque une étape importante dans le programme de sécurité client (CSP) de SWIFT – une initiative communautaire lancée en 2016 qui a renforcé la sécurité et la confiance au sein de la communauté financière mondiale.

Payment Controls aide les équipes des opérations de paiement à réduire le risque de fraude en temps réel grâce à ses fonctionnalités uniques d’alerte et de génération de rapports. Le service peut être configuré pour signaler, suspendre, libérer ou rejeter les paiements à haut risque ou inhabituels en temps réel, en fonction des besoins de l’entreprise. Initialement destiné aux petites institutions financières, le service public est hébergé dans le nuage SWIFT pour permettre aux utilisateurs un accès immédiat, sans installation ni maintenance de matériel ou de logiciel.

Le contrôle des paiements est une garantie importante pour les entreprises à mesure que la fréquence et la rapidité des paiements augmentent. Ce service renforce l’innovation en matière de paiements mondiaux (gpi) de SWIFT – la nouvelle norme en matière de paiements mondiaux, qui a considérablement amélioré les paiements transfrontaliers depuis son lancement l’année dernière.

Dans le cadre de gpi, et pour renforcer davantage les défenses de ses clients, SWIFT introduira une nouvelle fonctionnalité «d’arrêt et de rappel» qui permettra aux banques d’arrêter et de rappeler immédiatement un paiement n’importe où dans la chaîne. La nouvelle fonctionnalité constituera un autre obstacle contre la fraude – atténuant la perturbation des activités et les pertes financières face aux menaces croissantes.

Source : SWIFT launches new service to block suspicious payments

Lire aussi : SWIFT gpi réduit les délais de paiement transfrontaliers en minutes, voire en secondes.

Fraude : baisse du montant annuel sur les moyens de paiement.

Le deuxième rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement  rend compte de progrès significatifs en matière de lutte contre la fraude.

Ces progrès s’illustrent d’abord par une baisse significative à 744 millions d’euros en 2017 du montant annuel de la fraude sur les moyens de paiement émis en France, soit 54 millions d’euros de moins qu’en 2016.

Evolution du taux de fraude par moyens de paiements

Source : Observatoire de la sécurité des moyens de paiement.

Tous les moyens de paiement modernes, électroniques ou dématérialisés (reposant sur la carte, le virement ou le prélèvement), bénéficient de cette tendance baissière de la fraude, dans un contexte de croissance des flux de paiements.

  • État de la fraude sur le paiement et le retrait par carte : le montant total de la fraude sur les transactions de paiement et de retrait effectuées en France et à
    l’étranger avec des cartes françaises a de nouveau reculé en 2017 (9,6% par rapport à 2016). Il s’établit à 360,7 millions d’euros, et cela alors même que le montant total des transactions augmente sensiblement (5,8%), à 664,6 milliards d’euros.
  • État de la fraude sur le chèque : En 2017, le chèque est le seul moyen
    de paiement à connaître une hausse des montants fraudés, lesquels
    atteignent 296 millions d’euros, soit une progression annuelle de 9%.
    Dans un contexte de diminution des flux de paiement par chèque, le taux
    de fraude enregistre une hausse : il est à 0,029% en 2017, contre 0,025%
    en 2016.
  • État de la fraude sur le virement : En 2017, le montant total de la
    fraude sur les virements émis depuis un compte tenu en France
    s’élève à 78 millions d’euros, en baisse de 9%, dans un contexte
    de croissance modérée des flux de paiement associés. En conséquence, le taux de fraude en montant pour ce moyen de paiement s’établit à 0,0003 %, contre 0,0004 % en 2016.

Voir aussi : La fraude au faux fournisseur supplante la fraude au faux président.

La fraude au faux fournisseur supplante la fraude au faux président.

La fraude au faux fournisseur gagne la première place de l’enquête qui a été menée conjointement par Euler Hermes, le leader européen de l’assurance fraude, et la DFCG qui ont interrogé 300 directions financières sur leur exposition, leur ressenti et leurs mesures de prévention face aux différentes facettes de la fraude.

N°1 Fraude au faux fournisseurL’an passé l’enquête menée en avril 2017 auprès des DAF de 200 entreprises de toutes tailles et tous secteurs d’activités indiquait que la fraude au faux président était la plus citée (59%), suivi par la cyberattaque (57%).

Pour illustrer, la fraude au faux fournisseur ou fraude au changement de RIB reprenons le cas de ce grand groupe français fabricant de pneumatique, leader sur son marché.

Ce groupe a été sollicité par une personne se présentant comme le directeur financier d’un ses fournisseurs. Cette personne a alors demandé que les règlements destinés à sa société soient effectués dorénavant sur le compte d’une banque en République tchèque. Cet homme connaissait parfaitement la procédure à suivre et la personne à contacter au sein des services financiers pour pouvoir effectuer cette modification et ainsi dérober 1,6 millions d’euros.

Souvent l’escroc a même pris soins d’obtenir auparavant les véritables numéros et montants des factures du fournisseur, ce qui crédibilise sa demande de changement de coordonnées bancaires auprès de son interlocuteur.

Le temps, précieux allié de l’escroc, joue ici en sa faveur. Car il faut attendre que le fournisseur relance son client de ses factures impayées, pour que la supercherie soit découverte et il est alors bien tôt tard.

Mais alors, comment se protéger de cette fraude ? En lisant notre livre blanc « Fraude aux moyens de paiement : comment s’en prémunir ?

La fraude aux moyens de paiement explose en France. Pas une semaine sans que le nom d’une entreprise ne fasse la une des journaux. Faux ordre de virement international, fraude aux coordonnées bancaires, fraude au président, les sources
diffèrent sur les montants, mais ce sont plusieurs centaines de millions qui seraient désormais ainsi détournées chaque année. Mais comment s’en prémunir ?

Un guide pratique pour se protéger », publié en février 2016 mais qui deux ans après reste toujours d’actualité.

La fraude est partout…même chez moi !

Histoire courte d’un Papa « FraudKiller » et de Junior… par Consultant spécialisé dans la lutte contre la fraude.

« Et ce n’est même pas une mauvaise accroche, histoire de vous attirer dans ma modeste prose du jour…la triste réalité de ma vie d’avant hier soir lorsqu’ un gentil ado paniqué devant l’énormité de sa propre naïveté est passé aux aveux devant un papa « fraud killer » estomaqué, atterré…

En période de vacances scolaires, entre console et merveilles télévisées, Junior erre sur le net (avec contrôle parental dois-je préciser ?) et tombe sur un réseau social pour le moins étonnant: Instagram.

Ô Divine surprise ! Le youtubeur Cyprien (pour les djeunes et les moins djeuns qui connaissent) dispose non d’un seul compte mais d’une petite petite vingtaine…sauf que 19 d’entre eux sont de faux comptes, uniquement présents pour dévoyer la frénésie cyprienne…

Junior se dit que le compte « 6pri1.officelle » lui paraît fort intéressant: des photos, des jeux…

« Waouh! Cyprien a accepté ma demande d’ami sur Insta…truc de ouf ! » En effet.

La suite ne se fait pas attendre: un gentil message au fiston, qui n’en croyant pas ses yeux, se voit être invité à participer à un jeu pour les fans du grand Cyprien. »

Lire la suite sur LinkedIn Pulse

La fraude aux numéro surtaxés

 

Nouvelle variante de la fraude au changement de coordonnées bancaires : l’usurpateur vous adresse un recommandé !

rBlog Avizo Lettre recommandéeFiable, rapide & simple à utiliser, envoyez une lettre recommandée en ligne pour notifier votre client de votre changement de domiciliation bancaire pour le règlement de ses factures.

C’est ce nouveau procédé que certains fraudeurs utilisent désormais pour prétexter un changement de coordonnées bancaires pour diverses raisons : délocalisation, problème de compte, etc. afin d’ordonner au client d’effectuer un virement à l’étranger.

Il est simple de de créer un faux compte en ligne pour adresser un document en recommandé. De plus le fraudeur souhaite crédibiliser sa demande par l’effet que procure une lettre recommandée.

Pour lutter contre la fraude au changement de coordonnées bancaires, prenez le temps d’effectuer des vérifications auprès de vos partenaires commerciaux. Un contre-appel systématique est nécessaire afin de vous assurer que la demande est légitime et que le numéro de compte fournis est exact.

En cas de fraude avérée prenez le temps aussi d’avertir La Poste qui précise dans ses conditions générales « La Poste se réserve la faculté de bloquer une commande, notamment en cas de suspicion de fraude ou de fraude avérée. (compromission des identifiants, ….). ».

93 % des entreprises interrogées ont été victimes d’au moins une tentative de fraude dans l’année écoulée

Blog Avizo Etude Fraude

des entreprises ont été victimes (d’au moins)
une tentative de fraude dans l’année écoulée

 

C’est le résultat de l’étude Fraude 2016 menée pour la seconde année par La DFCG, l’association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion, et Euler Hermes, leader mondial de l’assurance-crédit.

Dans le top 3 des tentatives de fraude, celle du « faux président » arrive en tête, 55% des entreprises déclarant en avoir été victimes. Suivent d’autres typologies de fraude s’appuyant sur l’usurpation d’identité : les « faux fournisseurs » (47%) ou encore les « faux banquiers, avocats, commissaires aux comptes… » (35%). Les cyber-fraudes telles que les intrusions dans les systèmes informatiques représentent également un risque de taille (32% des répondants). A noter, 18% des entreprises déclarent avoir été victimes de tentatives de fraudes internes.

En savoir plus, lire l’étude Fraude 2016 DFCG Euler Hermes

Fraude au président, l’escroquerie qui a explosé ces dernières années, sort sur grand écran.

Un homme, un téléphone portable, plusieurs millions d’euros dérobés, une quarantaine  d’établissements bernés. Drogué à l’adrénaline que ses arnaques lui procurent, Gilbert Perez manipule et trompe ses victimes avec brio en se faisant passer tour à tour pour leur président puis un agent de la DGSE. Il rêve d’offrir à sa femme Barbara une vie normale, mais insatiable et sans limite, sa folie le mènera à sa perte.

La fraude au président est devenu un problème international

« Dématérialisez vos moyens de paiement, du numéraire au numérique, la dématérialisation est un moyen pour lutter contre la fraude » Bernard GALL, Vice-président de la Commission Système d’information et sécurité – AFTE

AGEFI TV AFTE Video Fraude23/12/2015 – L’AGEFI TV – Journées de l’AFTE 2015

En savoir plus, voir la vidéo

 

Natixis lance myContrôles, un service digital de sécurisation des opérations

Blog Avizo sécurisation des donnéesmyContrôles est un service de sécurisation des virements et des transferts internationaux créé par Natixis pour aider ses clients corporate à se prémunir contre les fraudes de type social engineering, telles que «la fraude au président» ou «la fraude au fournisseur».

myContrôles permet de détecter toute opération vers un compte bénéficiaire utilisé pour la première fois ou ne correspondant pas au profil habituel des paiements que le client aura préalablement défini dans myContrôles.

Tout ordre de paiement «atypique», par rapport aux critères définis par le client, est immédiatement bloqué par myContrôles, qui adresse une alerte au client par e-mail. Le client confirme ou lève l’alerte via le Portail Natixis et décide de rejeter ou d’autoriser l’opération. myContrôles traite indifféremment tous les ordres de paiement reçus, quels que soient les canaux de transmission utilisés (Portail Natixis, télétransmission EBICS ou SWIFTNet, papier).

Cette offre s’appuie sur une solution d’authentification forte et requiert une signature par certificat électronique.

«myContrôles est un outil simple, performant pour aider nos clients à lutter contre le social engineering. Ils n’ont pas besoin de modifier leurs fonctionnements habituels et bénéficient d’un traitement des alertes en temps réel », déclare Jean-Michel Russo, responsable de Global Transaction Banking au sein de la Banque de Grande Clientèle.

En savoir plus, Communiqué de presse Natixis