Délais de paiement une baisse confirmée.

Le bilan annuel de l’Observatoire des délais de paiement confirme la réduction des retards de paiement en 2017 par rapport à l’année 2016.

Selon le rapport annuel rendu publique à Bercy vendredi 23 Mars, par la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, et Jeanne-Marie Prost, présidente de l’observatoire des délais de paiement, on constate une évolution favorable des délais de paiement en 2017 en comparaison de l’année 2016.

« Les retards de paiement sont descendus sous les 11 jours en 2017 ».

Délais de paiementLe bilan dresse un constat positif et à encourager. Le rapport fait en 2016 qui avait atteint une moyenne de 11,6 jours vient de passer sous la barre de 11 jours.
Delphine Gény-Stephann, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances se « félicite de ces améliorations car ces délais sont des freins à la croissance de nos entreprises. Les réformes successives de 2014, 2015 et 2016 commencent à porter leur fruit. Il reste toutefois indispensable que les grandes entreprises montrent l’exemple et se mobilisent pour nouer des relations plus équilibrées avec leurs fournisseurs notamment les PME. A cet égard, je salue la décision de l’AFEP de rejoindre l’Observatoire en 2018 ».

« Délais de paiement : un enjeu crucial pour les TPE/PME ».

C’est une baisse qui s’inscrit dans un contexte généralement favorable pour les PME, TPE malgré des disparités avec les grandes entreprises, les PME sont des bons payeurs et n’hésitent pas à recourir à des médiateurs. Tandis qu’une seule grande entreprise sur deux paie ses fournisseurs dans les délais.
Pour expliquer cette réduction, l’une des raisons avancées est l’efficacité du dispositif de surveillance et de sanction la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la répression des fraudes.). En effet en application des articles L. 441-6 VI et L. 470-2 du code de commerce, des amendes sont dorénavant régulièrement prononcées par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) à l’encontre des sociétés pour des retards dans le paiement des factures de ses fournisseurs.

En savoir plus : Le portail de l’Économie, des Finances,
de l’Action et des Comptes publics

Lire aussi : Une société de thé glacé ajoute «Blockchain» à son nom, sa valorisation explose de 200 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *