Navigation

Related Articles

Back to Latest Articles
Comment GDF Suez s’est financé à tarifs...

Tout juste installée dans son nouveau fauteuil de directeur financier du groupe français, Judith Hartmann a lancé une émission obligataire de 2,5 milliards d’euros, qui a su séduire les investisseurs.

Avant même son arrivée en bonne et due forme à la tête de la direction financière de GDF Suez, Judith Hartmann a dû mettre la main à la pâte. Nommée officiellement directeur financier du groupe français il y a tout juste deux semaines, elle est en réalité à la manoeuvre depuis le début du mois de février. « Cette période de transition m’a permis d’établir un premier contact avec les équipes et de me pencher sur plusieurs sujets, et notamment sur ce projet d’émission obligataire », explique-t-elle. 2,5 milliards d’euros répartis en quatre tranches avec des maturités comprises entre deux et vingt ans, rien qui ne pouvait effrayer cette ancienne argentière de la société allemande de médias Bertelsmann. « Si ce type de transactions ne m’était pas inconnu, rencontrer des taux aussi bas était, en revanche, une première pour moi », nuance-t-elle. Et pour cause, l’ensemble de l’opération affiche un coupon moyen de 0,75 % pour une maturité moyenne de 9,8 ans. Mais deux coupons surprennent encore plus le directeur financier que les autres : celui de 1,5 % pour la tranche de 500 millions d’euros à maturité mars 2035 et, surtout, celui de… 0 % pour la tranche de 500 millions d’euros à maturité mars 2017. « GDF Suez, qui mène une politique active de gestion de sa dette, n’avait jamais bénéficié de coupons aussi faibles pour ces maturités en euros », se félicite Judith Hartmann.

En savoir plus sur http://business.lesechos.fr/

Show Comments (0)

Comments

Related Articles

REVUE DE PRESSE

Zéro visibilité pour les DAF, priorité à la trésorerie

Zéro visibilité pour les DAF, priorité à la trésorerie !Par Cécile Desjardins, journaliste | 01/07/2013 Visibilité réduite, réduction des coûts… L’inquiétude croissante des...

Posted on by ERIC DESQUATREVAUX
FINANCEMENT, PLACEMENT, CONDITIONS BANCAIRES, DÉLAIS DE PAIEMENT

En France, seulement 32 % des entreprises françaises respectent la date d’échéance.

C’est ce que révèle Altares dans son analyse 4ème trimestre 2013 : comportements de paiement des entreprises en France et en Europe. En France, les très petites entreprises...

Posted on by ERIC DESQUATREVAUX