Navigation

Related Articles

Back to Latest Articles

La situation de la trésorerie d’exploitation est en voie d’amélioration


ERIC DESQUATREVAUX
La situation de la trésorerie d’exploitation...

Selon l’enquête AFTE/Coe-Rexecode de février 2014, pour la première fois depuis début 2012, les trésoriers des grandes entreprises et des ETI sont plus nombreux à décrire leur situation de trésorerie d’exploitation comme « aisée » qu’à la juger difficile. Au-delà de faibles mouvements de court terme, cette appréciation est orientée à la hausse depuis mi-2013.

Question : Comment jugez-vous actuellement la situation de la trésorerie d’exploitation (flux) de votre entreprise : aisée, normale ou difficile ?

Principaux résultats de l’enquête :

  • Une tendance à l’amélioration de la situation de trésorerie d’exploitation se dessine.
  • Cette amélioration ne s’observe pas au niveau des trésoreries globales.
  • Les prix des matières premières comme l’évolution du taux de change ont un impact de plus en plus faible sur les trésoreries.
  • L’appréciation des délais de paiement des clients oscille peu depuis un an. Ces délais s’allongent.
  • Les marges sur les crédits bancaires sont jugées quasiment stables.
  • Les recherches de financement sont redevenues normales. Elles ne sont pas encore jugées aussi aisées qu’en 2006.

La situation de la trésorerie d’exploitation est en voie d’amélioration

Show Comments (0)

Comments

Related Articles

ENQUÊTE AFTE/COE-REXECODE

Trésorerie : Les délais de paiement des clients se stabilisent

Selon l’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mai 2014, la tendance à la détente progressive des délais de paiement des clients paraît s’être accélérée en mars et en avril. Dans l’enquête...

Posted on by ERIC DESQUATREVAUX
ENQUÊTE AFTE/COE-REXECODE

La situation des trésoreries d’exploitation devient un peu plus difficile

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de juillet 2016, La situation de trésorerie d’exploitation des grandes entreprises et des ETI est jugée difficile par une courte majorité de...

Posted on by ERIC DESQUATREVAUX