Navigation

Related Articles

Back to Latest Articles

SWIFT joue la transparence contre les cybermenaces.


ERIC DESQUATREVAUX
SWIFT joue la transparence contre les...
Blog Avizo Logo Les Echos fr

Sharon Wajsbrot Le 10/07 à 06:00

Le réseau d’échange d’informations interbancaire a demandé à ses clients d’évaluer leur résistance à une série de critères de cyberdéfense.

Pour le réseau d’échange d’informations financières SWIFT, qui rassemble plus de 11.000 établissements bancaires de 212 pays, la menace des cybercriminels est particulièrement difficile à contrer. De fait, celle-ci peut être importée dans le réseau par n’importe lequel de ses membres… Particulièrement sensibilisé depuis l’attaque de la banque centrale du Bangladesh , SWIFT a décidé de se protéger en jouant la transparence sur les comportements de ses clients.

Concrètement, le système international de messagerie bancaire va demander à l’ensemble de ses 11.000 membres de lui fournir une déclaration de conformité à 27 règles de cybersécurité. « Nous leur donnons six mois à partir du mois de juillet pour réaliser une autoévaluation sur 16 critères obligatoires et 11 critères facultatifs. Entre autres, les établissements devront justifier du niveau de ségrégation de leurs réseaux, de la sécurité de leurs « fire walls », de leurs systèmes d’antivirus, etc. », explique Alain Raes, directeur des régions Asie-Pacifique et Emea chez SWIFT.

En savoir plus SWIFT joue la transparence contre les cybermenaces

Show Comments (0)

Comments

Related Articles

REVUE DE PRESSE

Zéro visibilité pour les DAF, priorité à la trésorerie

Zéro visibilité pour les DAF, priorité à la trésorerie !Par Cécile Desjardins, journaliste | 01/07/2013 Visibilité réduite, réduction des coûts… L’inquiétude croissante des...

Posted on by ERIC DESQUATREVAUX
REVUE DE PRESSE

Le code d’accès de la Banque de France était « 123456 »

Un internaute a été relaxé pour avoir piraté à son insu le système informatique de la Banque de France, dont la sécurité était des plus poreuses. Un usager d’internet accusé...

Posted on by ERIC DESQUATREVAUX