Avizo remporte l’award Kyriba « France Channel Partner of the year ».

C’est avec beaucoup de fierté qu’Avizo annonce avoir reçu le prestigieux award « France Channel Partner of the year » lors du « Kyriba Partners’ Summit 2017 » organisé le mercredi 11 octobre 2017 à Paris.

Kyriba award Avizo« Ce prix est un témoignage de nos efforts continus et de notre engagement à implémenter pour nos clients une véritable solution de gestion de trésorerie de nouvelle génération dans le Cloud. Cette récompense nous apporte une crédibilité supplémentaire auprès de nos clients, actuels et futurs. Il est le témoignage de la pérennité de notre partenariat avec Kyriba et des bonnes pratiques que nous continuerons d’appliquer à l’ensemble de nos projets communs » déclare Eric Desquatrevaux, Directeur Associé d’Avizo.

La première phase de l’initiative pilote de la gpi (global payments innovation) lancée par SWIFT s’est achevée avec succès

Blog Avizo SwiftLes banques mondiales se préparent au déploiement de la gpi début 2017.

SWIFT a annoncé au dernier SIBOS de Genève que la première phase pilote de son initiative gpi s’est achevé avec succès, ouvrant ainsi la voie au passage en production prévu début 2017.

Durant cette phase pilote, 15 banques mondiales représentant plus de 30% des paiements transfrontaliers ont testé avec succès la conception et les principales fonctionnalités du service proposé à travers la gpi. Dans le même temps, 10 autres banques mondiales se préparaient déjà à lancer le service.

« Les banques pilotes sont la preuve que notre approche innovante en matière de paiements transfrontaliers fonctionne », affirme Wim Raymaekers, Responsable Mondial du Marché Bancaire et Chef de Projet de cette initiative. « D’après leur retour d’expérience, on sait que le déploiement du service peut être rapide – environ six mois. C’est une excellente nouvelle pour SWIFT ainsi que pour l’ensemble de la communauté bancaire. Grâce à la pensée novatrice, qui constitue la clé de voute de cette initiative, et à la collaboration nous pouvons encourager les banques à utiliser les plateformes existantes. Combinées à l’innovation technologique assurée par SWIFT, nous pouvons ainsi améliorer la traçabilité des paiements de bout en bout. »

En tant qu’initiative venant de SWIFT et de la communauté bancaire, la gpi a été conçue dans le but d’améliorer de manière significative l’expérience du consommateur lorsqu’il recourt à une banque correspondante en augmentant la vitesse d’exécution, la transparence ainsi que la traçabilité de bout en bout des paiements transfrontaliers. Par ailleurs, grâce à cette plus grande traçabilité de bout en bout, l’initiative GPI apporte une autre innovation majeure. En effet, le service de traçabilité des paiements sera accessible depuis le cloud, et utilisera une base de données mondiale hébergée par SWIFT. Ce nouveau service fera l’objet d’une démonstration à l’occasion de Sibos 2016.

« Les résultats préliminaires de la phase pilote sont très encourageants » affirme Michael Pavkovic , Directeur Adjoint, Paiements et Opérations de Commerce à la Royal Bank of Canada. «Nous nous réjouissons de notre participation active au développement d’un service en mesure d’offrir à nos clients une meilleure expérience utilisateur.

Au total, plus de 80 banques mondiales se sont engagées à prendre part à cette initiative. Parmi les banques qui ont récemment sauté le pas on compte Budapest Bank, China Merchants Bank, China Construction Bank, Commonwealth Bank of Australia and Helaba Landesbank Hessen-Thüringen – et d’autres banques rejoignent chaque mois les rangs.

Lire le communique de Presse de Swift

La messagerie SWIFT a vu son trafic croitre de 12.5% en Afrique

Blog Avizo AfriqueLes statistiques publiées à la veille de la 23ème Conférence Régionale Africaine de SWIFT montrent que la croissance du trafic via la messagerie SWIFT en Afrique a surpassé la croissance mondiale. Les marchés des titres et des instruments financiers se sont particulièrement démarqués avec une augmentation significative du volume des échanges.

Ile Maurice, le 17 Mai 2016 – D’après les chiffres communiqués par SWIFT, la croissance du trafic en Afrique a surpassé la croissance mondiale. En effet, depuis le début de l’année, on enregistre une hausse de 12.8% du trafic en Afrique contre seulement 5.4% au niveau mondial. Ces chiffres témoignent bien de l’importance grandissante de l’Afrique dans l’activité commerciale internationale de SWIFT. Les niveaux de croissance enregistrés en Afrique sur cette même période dépassent aussi ceux de l’EMEA à 3,2%, et des Amériques à 6,7% mais sont toutefois légèrement derrière ceux de l’Asie Pacifique à  15,00%.

Cette croissance est soutenue essentiellement par une hausse du trafic des titres financiers et des instruments financiers; soit respectivement 15,6% et 23,7%. Au sein de la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC), les chiffres de croissance sont encore meilleurs avec une hausse du trafic des titres financiers de 16,6% et des instruments financiers de 56,1%.

Le secteur des paiements a également connu une forte hausse des volumes échangés, preuve que de nombreux pays africains continuent d’enregistrer une croissance économique relativement bonne en dépit d’un contexte mondial plus difficile. En Afrique, les volumes des paiements échangés via la messagerie SWIFT ont augmenté de 11,6% contre 4,6% au niveau mondial. L’Afrique reste la région la plus dynamique en termes de volume de paiements échangés devant les Amériques à 5,4%, l’EMEA à 4,4% et l’Asie Pacifique à 4,3%.

Les statistiques de croissance attestent elles aussi, d’une trajectoire de croissance à long terme pour l’Afrique. Depuis 2011, le marché des paiements a connu une hausse de 89% au niveau mondial, bien supérieure à la hausse de 50% enregistrée pour SWIFT. Depuis1999, le taux de croissance annuel moyen s’est établit à 16.1% par année glissante pour l’Afrique.

Hugo Smit, en charge de l’Afrique Subsaharienne pour SWIFT affirme : « L’Afrique est un marché extrêmement important pour SWIFT. En dépit de la complexité de l’environnement économique mondial, le continent ne cesse de surpasser les performances de SWIFT dans les autres régions et au niveau mondial. Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive puisque d’autres pays africains diversifient leurs économies. SWIFT continuera d’investir sur son marché africain afin de supporter la communauté financière locale. »

Sido Bestani, en charge du Moyen-Orient, Turquie et Afrique pour SWIFT souligne la valeur des données de SWIFT du fait des informations qu’elles véhiculent au sujet de l’économie des pays africains. « Grace au développement de l’indice SWIFT, nous savons que les statistiques de SWIFT sont étroitement corrélées à l’activité économique. Un accroissement des volumes échangés via la messagerie de SWIFT est de fait un indicateur de croissance économique. Les statistiques publiées aujourd’hui témoignent d’une croissance économique importante et durable à travers toute l’Afrique.

Blog Avizo SwiftEn savoir plus, lire le communiqué de presse

Natixis lance myContrôles, un service digital de sécurisation des opérations

Blog Avizo sécurisation des donnéesmyContrôles est un service de sécurisation des virements et des transferts internationaux créé par Natixis pour aider ses clients corporate à se prémunir contre les fraudes de type social engineering, telles que «la fraude au président» ou «la fraude au fournisseur».

myContrôles permet de détecter toute opération vers un compte bénéficiaire utilisé pour la première fois ou ne correspondant pas au profil habituel des paiements que le client aura préalablement défini dans myContrôles.

Tout ordre de paiement «atypique», par rapport aux critères définis par le client, est immédiatement bloqué par myContrôles, qui adresse une alerte au client par e-mail. Le client confirme ou lève l’alerte via le Portail Natixis et décide de rejeter ou d’autoriser l’opération. myContrôles traite indifféremment tous les ordres de paiement reçus, quels que soient les canaux de transmission utilisés (Portail Natixis, télétransmission EBICS ou SWIFTNet, papier).

Cette offre s’appuie sur une solution d’authentification forte et requiert une signature par certificat électronique.

«myContrôles est un outil simple, performant pour aider nos clients à lutter contre le social engineering. Ils n’ont pas besoin de modifier leurs fonctionnements habituels et bénéficient d’un traitement des alertes en temps réel », déclare Jean-Michel Russo, responsable de Global Transaction Banking au sein de la Banque de Grande Clientèle.

En savoir plus, Communiqué de presse Natixis

Loi Macron: le crédit inter-entreprises fait son retour

logo_lentrepriseGestion Fiscalité / budget financement >Par Marianne Rey publié le 02/02/2015 à 16:36

Sorti du jeu en commission spéciale, le crédit inter-entreprises revient sur les bancs de l’Assemblée, a priori ce mardi 3 février. Il pourrait permettre de renflouer les caisses de PME en mal de trésorerie. Côté fonds propres, la solution de la réouverture de bourses régionales se profile.

En savoir plus sur lentreprise.lexpress.fr

L’ atelier au Financium DFCG 2014 sur la fraude aux moyens de paiement, co-animé par Avizo et Neofi Solutions a rencontré un grand succès

Merci à l’ensemble des participants.Financium AVizo Photo 01

Finacium Avizo Photo 02

FINANCIUM 2014 : Un succès qui ne se dément pas : Retrouvez le Communiqué de Presse en cliquant ici

Découvrez les photos de la 12ème édition de Financium, les 9 & 10 décembre 2014 aux Salons Hoche

Avizo et NEOFI Solutions co-animeront un atelier au Financium DFCG 2014 sur la fraude aux moyens de paiement

Ateliers : Fraude aux moyens de paiement : comment s’en prémunir ?

Mercredi 10 décembre 2014 : 13h45-14h30
La fraude aux moyens de paiement explose en France. Pas une semaine sans que le nom d’une entreprise ne fasse la une des journaux. Fraude au faux virement, fraude au président, les sources diffèrent sur les montants, mais ce sont plusieurs centaines de millions qui seraient désormais ainsi détournées chaque année. Mais comment s’en prémunir ?NEOFI Solutions présentera comment sa nouvelle offre NEOFI Exchange Hub permet aux entreprises de sécuriser leurs processus de paiements et d’encaissements avec une traçabilité de bout en bout.

Mais souvent le facteur humain est le maillon faible sur lequel s’appuie l’escroc. Avizo partagera ses expériences à travers des cas concrets issus de ses missions d’audit réalisées pour les directions financières.

Cet atelier d’experts exposera les meilleures pratiques pour combattre la fraude aux moyens de paiements, que ce soit sur des problématiques liées aux systèmes d’information ou à l’organisation.

 

Intervenant(s) :

Eric DESQUATREVAUX
Directeur Associé, Avizo
Damien PIERRON
Directeur marketing et commercial, NEOFI Solutions

 

Partenaire(s) :

Migration SEPA : nouvelle injonction aux retardataires

Blog Avizo Pret pour le SEPADans son dernier communique de presse du 30 avril, le Comité National SEPA enjoint aux derniers retardataires d’adopter les moyens de paiement SEPA bien avant le 1er août 2014 pour éviter le rejet de leurs opérations

Le communiqué de presse précise : « Depuis le début de l’année 2014, la migration française vers les moyens de paiement SEPA a enregistré une accélération décisive. Les administrations publiques et la quasi-totalité des entreprises françaises ont aujourd’hui terminé leur passage au SEPA et ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité de cette migration.
Ainsi, à la fin du mois de mars 2014, 93,47 % des virements et 90,62 % des prélèvements nationaux échangés sur les systèmes de paiement étaient effectués au format SEPA. En outre, le traitement des opérations de paiement se poursuit de manière satisfaisante pour l’ensemble des acteurs, comme le démontrent les taux de rejet très faibles des opérations SEPA qui demeurent à un niveau similaire à celui observé pour leurs équivalents nationaux avant la migration.
Il est primordial que les derniers retardataires (entreprises, associations, professions libérales, commerçants, artisans,…) adoptent les moyens de paiement SEPA le plus tôt possible afin d’éviter tout risque de rejet de leurs paiements, et notamment de non versement des salaires. Toute migration plus tardive les exposera à un rejet de leurs opérations dès la fin de la période de transition fixée au 1er août 2014, conformément au règlement européen (UE) n° 248/2014.
Tous les membres du Comité national SEPA, et en premier lieu les établissements bancaires, mettent tout en œuvre pour accompagner ces acteurs pour une migration complète avant l’été. ».

Graphiques de migration à SEPA (sources SEPA France)

Blog Avizo_indicateurs_SCT-home

Blog Avizo_indicateurs_SDD-home

Financement en dette des PME ETI : Nouvelles Recommandations

  • Accélérer les Développements de la Titrisation et des Placements Privés
  • Développer l’Analyse Crédit

Paris EUROPLACE a publié le 11 mars un rapport sur le financement en dette des PME/ETI en France, destiné à alimenter les travaux du « Comité Place Financière de Paris 2020 ». Ce rapport est produit par la Commission Financement des PME/ETI, animée par Olivier CASANOVA, Directeur financier de Tereos, au sein du Collège Entreprises de Paris EUROPLACE, présidé par Bruno Lafont, Président Directeur Général de Lafarge.

Olivier CASANOVA souligne que « le financement en dette est une préoccupation quotidienne des PME/ETI françaises. Actuellement, en France, le flux de financement est d’environ 100 milliards d’euros en dette pour 10 milliards d’euros en fonds propres. »

Les financements bancaires sont et resteront la pierre angulaire du financement des PME/ETI en France. Durant la crise financière les banques françaises ont maintenu leurs financements dans des conditions de coûts et de volumes très compétitifs. En parallèle, des sources de financements complémentaires se développent, offrant notamment des maturités plus longues. Dans le même temps, les investisseurs institutionnels, qui sont à la recherche de rendements, compte tenu d’un environnement général de taux bas, souhaitent diversifier leurs investissements et se tournent vers le financement direct de l’économie.

Dans ce contexte, la cartographie des modes de financement complémentaire est en phase de recomposition en France. Le marché des placements privés, notamment, progresse rapidement avec 7 milliards d’euros levés en 2012 et 2013. En Europe il devrait représenter d’ici 3-4 ans près de 60 milliards d’euros, dont 25% pour la France, contre 14% en 2013. Le marché des émissions obligataires se développe également, ainsi que les financements participatifs (crowdfunding). L’objectif doit être d’offrir de nouvelles sources de financements aux PME/ETI, qui viendraient compléter le financement bancaire et favoriser une diversité d’options de financement, pour répondre au mieux à la pluralité des besoins, des tailles et des natures de PME/ETI emprunteuses. Il s’agit d’un enjeu majeur pour la Place de Paris pour attirer les émetteurs PME/ETI, et les investisseurs européens et internationaux.

Paris EUROPLACE, 11-03-2014 Communiqué de Presse

L’AMF invite les entreprises à la plus grande vigilance face à une escroquerie aux ordres de virement

Après un premier communiqué en septembre 2013, l’Autorité des marchés financiers (AMF) attire à nouveau l’attention des entreprises sur des tentatives d’extorsion de fonds dont elles peuvent être victimes.

Les escrocs utilisent abusivement à la fois le nom du président de la société et celui de l’AMF pour réclamer le versement de sommes liées à une offre publique d’achat (OPA) factice.

Face à la multiplication des cas rencontrés, l’AMF attire à nouveau l’attention des dirigeants pour que l’information sur cette escroquerie et son mode opératoire soit correctement diffusée au sein des services comptabilités des entreprises et de leurs filiales. Plus d’une dizaine de sociétés ont signalé à l’AMF ces tentatives d’escroquerie qui ont pour objectif de détourner des fonds en usurpant l’identité de l’AMF.

Les fraudeurs semblent procéder pour chaque société suivant un même mode opératoire:

  • Un courriel frauduleux est envoyé au salarié comme émanant de sa direction, le plus souvent du ou de la président(e), l’informant qu’une opération financière encore confidentielle est en cours pour laquelle il doit prendre contact avec les services de l’AMF afin de régler une soi-disant facture d’acompte.
  • Ces escrocs appuient notamment leur discours sur la réglementation en terme de délit d’initié avant d’insister sur la confidentialité requise pour le succès de cette opération. Cette manœuvre a pour but de mieux isoler leur interlocuteur.

Face à cette situation, l’AMF recommande aux entreprises d’alerter leurs salariés, notamment les services comptables, sur ces courriels frauduleux auxquels il convient de ne pas donner suite. Les salariés doivent savoir que l’AMF ne mandate pas d’avocats pour récupérer des fonds en son nom. En cas de doute, et sans craindre d’enfreindre des règles de confidentialité, les salariés qui seraient contactés doivent absolument vérifier la réalité de l’opération financière auprès de leur direction.

Les sociétés peuvent porter plainte pour tentative d’escroquerie.

Communiqués de presse – AMF : 2014