Navigation

Related Articles

Back to Latest Articles

Comprendre les résultats du baromètre de la digitalisation de la fonction finance en 2020 !


Éric DESQUATREVAUX
Comprendre les résultats du baromètre de la...

Événement désormais incontournable des directions financières, Future of Finance a tenu en novembre sa cinquième édition sous un format 100% digital.

Le baromètre Digital Finance 2020 révélé a ainsi permis de décrypter les impacts de la crise sur le plan de transformation digitale des entreprises.

Après avoir analysé les résultats du baromètre de la digitalisation des fonctions finances, nous en avons condensé les informations les plus importantes à retenir, pour vous aider à développer votre entreprise. Ces résultats ont été obtenus auprès de plus de 100 directions financières aux profils diamétralement opposés, tant dans le secteur que dans la taille de celles-ci.

Voilà un bref résumé de ce qu’il faut retenir de ce document et quelles sont les conclusions à en tirer.

8 points essentiels liés à la transformation des directions financières

1. Comment est évaluée la digitalisation de la fonction finance dans les entreprises ?

À cette question, la réponse est plutôt encourageante pour l’avenir. La moins bonne réponse étant « très en retard » et la meilleure « très avancé », il s’avère que les entreprises s’auto-évaluent dans la moyenne, à 48 % pour être exact. Cela signifie, entre autres, que la marge de progression ne peut être que meilleure dans les années à venir.

2. Le niveau de maturité digitale de la fonction finance

Ici, il est possible d’observer que les facteurs privilégiés par les directions financières sont les voyages et frais, suivi de près par la dématérialisation du processus P2P (autrement dit, l’échange d’informations au sein de ce secteur). À contrario, la sécurisation des transactions par la blockchain et l’intelligence artificielle sont largement délaissées (avec respectivement 46 % et 57 % des entreprises qui n’y portent pas d’intérêt immédiat).

3. Quels sont les plus grands challenges liés à la transformation de la fonction finance ?

Aujourd’hui, ce sont 3 challenges majeurs qui sont à relever par les entreprises :

  • La transformation culturelle et la conduite du changement, en première position à 67 %.
  • L’allocation des ressources et l’évolution des compétences, à 56 %.
  • Et enfin, en troisième position à 43 %, le poids de l’héritage (SI et logiciel) face aux nouvelles technologies.

La transformation digitale des fonctions finance est principalement axée sur ces 3 paramètres.

4. CSP ou GBS ?

Dans la bataille qui oppose le CSP (Centre de Services Partagés) au GBS (Global Business Services), il n’y a pas de doute possible : le CSP l’emporte haut la main. Même si les enjeux et les objectifs sont similaires, le modèle d’organisation en centre de services partagés est privilégié. Et les entreprises restent profondément attachées à cette décision (51 % contre 11 % pour le GBS).

5. Et quand est-il des factures ?

Malgré la digitalisation de l’économie, les factures papier restent majoritaires. Plus de la moitié d’entre elles sont encore éditées en papier, pour 40 % des entreprises. Évidemment, l’envoi par e-mail est aussi largement privilégié, cependant cela ne dépasse pas la moitié des flux pour 80 % des entreprises. Pour le format EDI et les portails fournisseurs, les chiffres restent très largement inférieurs au reste.

6. Les principaux motifs de retards de paiement des clients

Là encore, la question est intéressante, tout comme la réponse. Sans surprise, voilà le classement des 5 premiers motifs de retards de paiement :

  1. Un processus de validation trop long pour 46 % d’entre eux.
  2. Un litige en cours (sur la facture ou pour le produit) à 45 %.
  3. L’oubli, qu’il soit volontaire ou non à 32 %.
  4. La facture non reçue pour 17 % des clients.
  5. Et enfin, l’insolvabilité pour 9 %.

7. Quels sont les processus à digitaliser en priorité ?

Selon le panel, les principaux processus à digitaliser sont les suivants : factures fournisseurs, le processus fournisseur (P2P) dans sa globalité, les notes de frais, les commandes clients, les factures clients et le recouvrement. Mais il est bon de savoir que 41 % des entreprises ont déjà digitalisé leur processus pour les factures fournisseurs et 51 % pour les notes de frais.

8. Les processus à simplifier pour gagner en agilité

Concrètement, l’élaboration budgétaire reste le processus ayant le plus besoin d’une simplification. Mais ce n’est pas le seul, puisqu’il est suivi par la collecte des données (et leur modélisation). Heureusement, 58 % des directions financières ont déjà (ou ont prévu de le faire) mené une digitalisation de leur élaboration budgétaire (contre seulement 44 % en 2019). Une belle évolution qui laisse entrevoir des bonnes perspectives pour les projets d’avenir.

Lire aussi : 3 millions de factures dématérialisées échangées en novembre via le portail Chorus Pro.

Show Comments (0)

Comments

Related Articles

SYSTÈMES D'INFORMATION

La vraie fausse bonne idée du cash pooling

Lors d’un entretien avec une trésorière française d’un groupe européen, cette dernière m’a indiqué comment d’une trésorerie gérée en une demi-heure le matin par elle-même en...

Posted on by Éric DESQUATREVAUX
MOYENS DE PAIEMENT, MONÉTIQUE, SEPA ET TÉLÉTRANSMISSION BANCAIRE

Après les renouvellement des certificats EBICS de vos banques, il est nécessaire d’anticiper le renouvellement de ceux de votre entreprise pour ne pas risquer une rupture de vos communications bancaires

La sécurisation des échanges EBICS est garantie notamment par l’usage de trois certificats électroniques présents dans le module de communication bancaire des logiciels de gestion...

Posted on by Éric DESQUATREVAUX