L’évolution du taux de change EUR / USD exercerait un impact négatif sur les trésoreries des entreprises

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mai 2016, L’évolution du taux de change €/$ exercerait un impact négatif sur les trésoreries des entreprises.

Un peu plus d’un tiers des trésoriers interrogés en mai estiment que le taux de change de l’euro contre le dollar influence la situation de trésorerie de leur entreprise. Alors que l’euro tend à se réapprécier contre le dollar, une faible majorité de trésoriers estiment que cet impact est négatif sur leur trésorerie.

L-evolution-du-taux-de-change-exercerait-un-impact-negatif-sur-les-tresoreries-des-entreprises_indicateur– Question : Jugez-vous que le niveau actuel de l’EUR/USD influence ou influencera la trésorerie de votre entreprise avec un impact positif ou négatif ?
– Solde d’opinion : Écart entre le pourcentage de réponses « positif » et le pourcentage de réponses « négatif ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • L’appréciation de la situation de trésorerie des grandes entreprises s’érode tendanciellement. Ce mouvement ne s’est pas aggravé en mai.
  • Une courte majorité de trésoriers estime que leur trésorerie globale s’est plutôt dégradée depuis le mois précédent.
  • Malgré leur remontée récente, les prix des matières premières auraient exercé peu d’influence sur les trésoreries des entreprises.
  • Les délais de paiement des clients comme des fournisseurs paraissent stabilisés.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires se détendent à nouveau en mai et les recherches de financement demeurent aisées.
  • La préférence pour la détention de la trésorerie en cash se renforce encore dans le contexte présent de taux très bas sinon négatifs.

En savoir plus, lire l’enquête

La messagerie SWIFT a vu son trafic croitre de 12.5% en Afrique

Blog Avizo AfriqueLes statistiques publiées à la veille de la 23ème Conférence Régionale Africaine de SWIFT montrent que la croissance du trafic via la messagerie SWIFT en Afrique a surpassé la croissance mondiale. Les marchés des titres et des instruments financiers se sont particulièrement démarqués avec une augmentation significative du volume des échanges.

Ile Maurice, le 17 Mai 2016 – D’après les chiffres communiqués par SWIFT, la croissance du trafic en Afrique a surpassé la croissance mondiale. En effet, depuis le début de l’année, on enregistre une hausse de 12.8% du trafic en Afrique contre seulement 5.4% au niveau mondial. Ces chiffres témoignent bien de l’importance grandissante de l’Afrique dans l’activité commerciale internationale de SWIFT. Les niveaux de croissance enregistrés en Afrique sur cette même période dépassent aussi ceux de l’EMEA à 3,2%, et des Amériques à 6,7% mais sont toutefois légèrement derrière ceux de l’Asie Pacifique à  15,00%.

Cette croissance est soutenue essentiellement par une hausse du trafic des titres financiers et des instruments financiers; soit respectivement 15,6% et 23,7%. Au sein de la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC), les chiffres de croissance sont encore meilleurs avec une hausse du trafic des titres financiers de 16,6% et des instruments financiers de 56,1%.

Le secteur des paiements a également connu une forte hausse des volumes échangés, preuve que de nombreux pays africains continuent d’enregistrer une croissance économique relativement bonne en dépit d’un contexte mondial plus difficile. En Afrique, les volumes des paiements échangés via la messagerie SWIFT ont augmenté de 11,6% contre 4,6% au niveau mondial. L’Afrique reste la région la plus dynamique en termes de volume de paiements échangés devant les Amériques à 5,4%, l’EMEA à 4,4% et l’Asie Pacifique à 4,3%.

Les statistiques de croissance attestent elles aussi, d’une trajectoire de croissance à long terme pour l’Afrique. Depuis 2011, le marché des paiements a connu une hausse de 89% au niveau mondial, bien supérieure à la hausse de 50% enregistrée pour SWIFT. Depuis1999, le taux de croissance annuel moyen s’est établit à 16.1% par année glissante pour l’Afrique.

Hugo Smit, en charge de l’Afrique Subsaharienne pour SWIFT affirme : « L’Afrique est un marché extrêmement important pour SWIFT. En dépit de la complexité de l’environnement économique mondial, le continent ne cesse de surpasser les performances de SWIFT dans les autres régions et au niveau mondial. Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive puisque d’autres pays africains diversifient leurs économies. SWIFT continuera d’investir sur son marché africain afin de supporter la communauté financière locale. »

Sido Bestani, en charge du Moyen-Orient, Turquie et Afrique pour SWIFT souligne la valeur des données de SWIFT du fait des informations qu’elles véhiculent au sujet de l’économie des pays africains. « Grace au développement de l’indice SWIFT, nous savons que les statistiques de SWIFT sont étroitement corrélées à l’activité économique. Un accroissement des volumes échangés via la messagerie de SWIFT est de fait un indicateur de croissance économique. Les statistiques publiées aujourd’hui témoignent d’une croissance économique importante et durable à travers toute l’Afrique.

Blog Avizo SwiftEn savoir plus, lire le communiqué de presse

En avril 2016, 30% des très petites entreprises déclarent faire face à des problèmes de trésorerie récurrents

Trésorie TPE blog AvizoChaque mois, Petite-Entreprise.net interroge les patrons de TPE/PME sur l’économie, l’actualité, la vie d’entrepreneur.

Si le dirigeant se tourne en priorité vers son banquier, il diversifie aussi son action pour pallier ce problème, particulièrement lié aux petites structures.

Si les chiffres concernant le nombre de défaillances des très petites entreprises sont encourageants (-9% au premier trimestre 2016*), ces dernières restent très fragiles, notamment en raison de leur niveau de trésorerie. Ainsi, 30% avouent devoir faire face à des problèmes réguliers de trésorerie (chiffre également constaté par l’Observatoire du Financement en 2014) et 56% sont actuellement en trésorerie négative. Quant aux montant liés à ces défauts de trésorerie, il peuvent aller jusqu’à plus de 10 000€ pour 24% des dirigeants interrogés.

Dans 68% des cas, le dirigeant suit lui-même l’évolution de sa trésorerie, et ce quotidiennement pour 63% des sondés. Si un problème survient, il s’adresse en priorité à son banquier (38%) avant de se tourner vers ses amis ou à sa famille (10%). Il peut également envisager un découvert bancaire (10%). Le crowdfunding ne s’applique que rarement à ce type de financement (1,5% des sondés l’utilise pour cela).

Blog Avizo trésorerie TPE mai 2016Vous pouvez également consulter le baromètre de mai 2016 en PDF en cliquant ici.

 

93 % des entreprises interrogées ont été victimes d’au moins une tentative de fraude dans l’année écoulée

Blog Avizo Etude Fraude

des entreprises ont été victimes (d’au moins)
une tentative de fraude dans l’année écoulée

 

C’est le résultat de l’étude Fraude 2016 menée pour la seconde année par La DFCG, l’association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion, et Euler Hermes, leader mondial de l’assurance-crédit.

Dans le top 3 des tentatives de fraude, celle du « faux président » arrive en tête, 55% des entreprises déclarant en avoir été victimes. Suivent d’autres typologies de fraude s’appuyant sur l’usurpation d’identité : les « faux fournisseurs » (47%) ou encore les « faux banquiers, avocats, commissaires aux comptes… » (35%). Les cyber-fraudes telles que les intrusions dans les systèmes informatiques représentent également un risque de taille (32% des répondants). A noter, 18% des entreprises déclarent avoir été victimes de tentatives de fraudes internes.

En savoir plus, lire l’étude Fraude 2016 DFCG Euler Hermes

La gestion des prévisions sous Excel, le cauchemar des trésoriers

Blog Avizo PrévisionsLa gestion des prévisions de trésorerie peut tourner au cauchemar, surtout lorsqu’elle est gérée sous Excel. Prenons l’exemple d’un directeur financier qui souhaite obtenir la visibilité sur la position de trésorerie pour l’année à venir. Et ce afin de déterminer comment financer un investissement au Brésil. Pour ce faire, il demande au trésorier de lui préparer un rapport qu’il lui présentera à leur prochaine réunion mensuelle.

Le trésorier n’ayant jamais fait de prévisions globales sur un horizon de plus d’un mois va travailler jour et nuit avec son cash manager. Voici comment ils sont parvenus à mettre en place le rapport.

  1. Collecter les données

Il est vraiment difficile d’obtenir les bonnes données lorsqu’elles proviennent de diverses sources et de multiples outils de gestion. Il leur a fallu récupérer les soldes bancaires par le biais des différentes plateformes de web-banking. Ils ont ensuite du exporter les données concernant les ventes et les achats depuis leur ERP et faire la chasse aux prévisions en fouillant parmi les milliers d’emails reçus de la part de leur fournisseur et des autres départements.

  1. Créer une maquette du fichier Excel

Blog Avizo ExcelLes données pour les 12 prochains mois ainsi collectées ont été rassemblées dans un unique fichier Excel. Ils se sont mis d’accord sur les hypothèses de croissance des ventes et sur les taux de change EUR/USD et BRL/USD à retenir dans le cadre de cet exercice.

Le cash manager étant plutôt à l’aise avec Excel, ils ont automatisé les conversions en devises ainsi que les calculs pour la simulation des données manquantes. Le jour de la réunion approchait.

  1. Combler les vides

Deux jours avant la réunion, le trésorier s’aperçoit que certaines données commerciales manquent toujours. Alors que la date butoir approchait, ils décident alors de relancer leurs interlocuteurs afin de récupérer les données manquantes. Suite aux emails reçus des filiales en réponse à cette relance, ils se retrouvent d’un seul coup face à cinq versions différentes d’un même fichier Excel. Ils doivent dès lors se faire une idée de quelles données à été ajoutées et par qui.

  1. Rassembler les données récoltées dans un unique fichier Excel

Pour finir, un copier-coller des données financières ainsi obtenues à été réalisé, tous les calculs ont été effectués et la cohérence des résultats a été contrôlée. Bien que de temps en temps le fichier Excel plante, le trésorier dispose maintenant d’un fichier très bien présenté.  Heureusement, car la date butoir est arrivée.

Au cours de leur réunion mensuelle, le trésorier présente alors fièrement le rapport au directeur financier. Après avoir parcouru le document quelques minutes, celui-ci dit: “Beau travail, ces prévisions me donne une bonne visibilité de la position de trésorerie prévisionnelle.». Un sourire parcoure alors le visage du trésorier. Tous ces efforts ont été payants.

Le directeur financier continua, « Pouvez-vous me fournir des prévisions hebdomadaires pour le premier trimestre ? Quel serait l’impact sur la trésorerie d’un allongement du délai de paiement client à 45 jours ? Quelle est actuellement notre exposition au risque de change en BRL ? Quel serait l’impact de cet investissement au Brésil sur nos flux financiers et sur notre risque de crédit de contrepartie ? Dans quelle mesure serions-nous affecter par une appréciation du BRL face à l’USD ?

De retour à son bureau, le trésorier appela son cash manager et lui demanda de commencer à chercher un logiciel de trésorerie afin d’automatiser la collecte de données et le reporting. L’utilisation de fichiers Excel ne permettra jamais de répondre aux questions soulevées par le directeur financier dans les temps et sans erreurs.

Automatiser la gestion des prévisions grâce au « cloud »

Blog Avizo CloudLa gestion des prévisions ne devrait pas être un cauchemar. Les meilleurs logiciels de trésorerie de la place permettent aux trésoriers de garder la maîtrise de tous les aspects du processus de planification financière en rendant possible la collecte, l’agrégation et la modélisation de l’ensemble des flux financiers de l’entreprise. Des tableaux de bords graphiques et de cubes de données peuvent être utilisés pour restituer l’information de manière claire et synthétique facilitant ainsi la prise de décision.

Grace à l’utilisation du « cloud », le reporting « en temps réel » n’est désormais plus un luxe réservé aux grands groupes. Aujourd’hui, les faibles coûts d’implémentation de certains logiciels de trésorerie permettent aux entreprises d’appliquer les meilleures pratiques en la matière sans se ruiner.

Traduction en français du post de Robert Crowe in Cash & Liquidity Management

Sepamail, qu’est-ce que c’est ?

Blog Avizo SEPAmailSEPAmail est une innovation qui répond aux problématiques de dématérialisation, de sécurisation et de simplification des instruments de paiement.

SEPAMAIL permet de déployer différentes solutions de paiement construites autour d’une messagerie interbancaire à valeur ajoutée. Les transactions SEPAMAIL sont initiées directement aux travers des applications bancaires : banque en ligne, mobile en ligne, automates, plates-formes EDI bancaires.

Ce service vise à faciliter le règlement pour le client en évitant les courriers (factures, chèques, TIP …) tout en optimisant les modalités d’encaissement pour les créanciers.
Cette messagerie est intégralement sécurisée et structurée autour de schémas définis. Elle permet enfin d’articuler des opérations le long de la chaîne de traitement (accusé de réception, enclenchement d’un paiement, etc).

Le concept SEPAmail a été décliné techniquement en une série de messages structurés pour les flux des différentes applications.

En savoir plus : accéder au site SEPAmail

 

La trésorerie globale des entreprises se dégraderait

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de mars 2016, La trésorerie globale des entreprises se dégraderait. En mars, pour le deuxième mois consécutif, une majorité de trésoriers considère que la trésorerie globale de leur entreprise s’est dégradée au cours du dernier mois. L’inflexion à la baisse est très nette. Le solde d’opinion sur la trésorerie d’exploitation rechute et passe en territoire négatif pour la première fois depuis juin 2015.


Blog Avizo La tresorerie globale des entreprises se degraderaitQuestion : Votre situation de trésorerie globale est-elle, par rapport au mois précédent : améliorée, au même niveau ou dégradée ? Ecart entre le pourcentage de réponses « améliorée » et le pourcentage de réponses « dégradée ».

 

Principaux résultats de l’enquête :

  • La situation de trésorerie des grandes entreprises s’est dégradée selon les trésoriers des grandes entreprises et des ETI.
  • La trésorerie globale se détériorerait, une observation inédite depuis deux ans.
  • L’influence exercée par les évolutions des prix des matières premières aurait été plutôt positive malgré la remontée récente du prix du pétrole.
  • Les délais de paiement des clients comme des fournisseurs se stabilisent.
  • Les marges pratiquées sur les crédits bancaires ont cessé de reculer depuis quatre mois.
  • La détention en cash demeure le véhicule privilégié pour le « placement » de la trésorerie.

En savoir plus, lire l’enquête

Les délais de paiement poursuivent leur baisse mais le solde du crédit interentreprises reste au plus haut

Blog Avizo Rapport de l'Observatoire des délais de paiementDeux mois après la reprise de ses travaux en décembre 2015, l’Observatoire des délais de paiement présente l’évolution récente des conditions de paiement des entreprises et des acteurs publics à partir de l’ensemble des informations disponibles à cette date. Ce rapport recense également les actions engagées par les pouvoirs publics afin de mieux faire respecter les dispositions de la loi de modernisation de l’économie (LME).

Les délais de paiement calculés à partir des données comptables ont poursuivi leur repli en 2014, mais en raison d’un décalage entre la baisse des délais fournisseurs et la baisse des délais clients, la charge financière supportée par les entreprises s’est alourdie sur les trois dernières années. La situation s’est particulièrement dégradée entre mi-mai 2014 et mi-mai 2015 selon les professionnels du risque clients et les résultats des enquêtes menées par les fédérations professionnelles.

Le ministère des Finances et des Comptes publics et la direction générale des Finances publiques (DGFiP) ont fait de la réduction des délais de paiement une priorité. Les actions entreprises se sont traduites par une forte baisse du délai global de paiement de l’État depuis 2006. En revanche du côté du secteur local, des efforts restent à réaliser pour un certain nombre de collectivités territoriales et d’établissements publics de santé.
L’année 2015 a également été marquée par de nouvelles mesures gouvernementales visant à lutter contre les retards de paiement, dont certaines reprennent des propositions formulées par l’Observatoire dans ses précédents rapports.

En 2016, la composition de l’Observatoire sera élargie, en vue de travailler plus spécifiquement sur les délais de paiement du secteur public, notamment des collectivités locales et des établissements publics de santé.

Télécharger le rapport

SepaMail pourrait rendre la vie des entreprises plus facile, en simplifiant et en sécurisant les échanges financiers.

Les bénéfices du Sepa vont enfin apparaître au grand jour ! Surfant sur l’espace unique de paiement, plusieurs grandes banques ont lancé SepaMail, une norme d’échange interbancaire. Désormais mature, elle permet aux créanciers d’envoyer des demandes de virement. Simple, dématérialisé et sécurisé.

Blog Avizo Sepamail

Retrouvez cet article sur : www.daf-mag.fr – « Sepamail en 5 questions »

Les trésoriers jugent aisée la situation de trésorerie des grandes entreprises

Selon L’enquête AFTE/Coe-Rexecode de février 2016, les trésoriers jugent aisée la situation de trésorerie des grandes entreprises.

Blog avizo enquête fev 2016Question : Comment jugez-vous actuellement la situation
de la trésorerie d’exploitation (flux) de votre entreprise :
aisée, normale ou difficile ?
Source : AFTE/ Coe-Rexecode

 

Résumé de l’enquête

  • La situation de trésorerie des grandes entreprises est jugée aisée par les trésoriers.
  • La trésorerie globale s’est toutefois dégradée au cours du mois écoulé et d’une manière un peu plus forte qu’anticipé.
  • Les évolutions de prix des matières premières exerceraient une influence très légèrement positive sur la trésorerie des entreprises. L’évolution du taux de change de l’euro/dollar aurait également un effet favorable.
  • La proportion de trésoriers qui estiment que les délais de paiement des clients ont tendance à s’allonger a augmenté. Les délais de paiement des fournisseurs se tasseraient légèrement.
  • Une légère tension sur les marges pratiquées sur les crédits bancaires est relevée.
  • La proportion de trésoriers anticipant de mettre en place des nouvelles lignes de crédit de précaution est en très légère hausse.

En savoir plus, lire l’enquête