Ce n’est pas du cinéma, la fraude au président a couté plus de 19 millions d’euros au groupe Pathé.

Dans notre post fraude au président, l’escroquerie qui a explosé ces dernières années, sort sur grand écran, nous annoncions la sortie du film « Je compte sur vous » dans les salles des Cinéma Pathé Gaumont. « Ironie du sort ? », c’est ce même groupe qui a été victime de cette fraude au faux président, qui lui a coûté plus de 19 millions d’euros.

Fraude au présidentLes escrocs, se faisant passer pour les dirigeants du groupe, se sont rapprochés de la directrice de Pathé Pays-Bas, Dertje Meijer, et de son directeur financier, Edwin Slutter.
Sous couvert d’une prétendue acquisition à Dubai, les fraudeurs ont réussi à obtenir l’exécutions de plusieurs virements.

Une fois la supercherie dévoilée, les deux dirigeants ont été aussitôt remercié. Contestant son licenciement le directeur financier  porté l’affaire devant la justice.

«Pathé semble avoir été la cible d’un groupe de fraudeurs professionnels qui, grâce à une communication raffinée, a réussi à gagner la confiance de certains collaborateurs » de la filiale du groupe aux Pays-Bas, a déclaré un tribunal d’Amsterdam.

Les dirigeants et les actionnaires du groupe reprochent aux deux personnes impliquées dans cette fraude au président d’avoir « négligé des signaux » qui auraient dû les alerter sur la tentative de fraude mentionne le tribunal.

La fraude aux moyens de paiement explose en France. Pas une semaine sans que le nom d’une entreprise ne fasse la une des journaux (Faux ordre de virement international, Fraude aux coordonnées bancaires, Fraude au président…)
Les sources diffèrent sur les montants, mais ce sont plusieurs centaines de millions qui seraient désormais ainsi détournées chaque année.

Mais comment se prémunir de cette fraude aux moyens de paiement qui touche l’ensemble des entreprises ? Télécharger gratuitement notre livre blanc. Nous vous proposons d’exposer les meilleures pratiques pour combattre la fraude aux moyens de paiements, que ce soit sur des problématiques liées aux systèmes d’information ou à l’organisation, pour des fraudes externes ou internes à l’entreprise.

La facturation électronique : une nouvelle étape au 1er janvier 2019

Facturation électroniqueFacturation électronique : à compter du 1er janvier 2019, la transmission des factures sous forme dématérialisée sur le portail Chorus Pro devient obligatoire pour les petites et moyennes entreprises (10 à 250 salariés) fournisseurs du secteur public (Etat, collectivités locales, hôpitaux, établissements publics, etc.).

Cette disposition s’applique depuis janvier dernier pour les entreprises de taille intermédiaire (250 à 5.000 salariés) et depuis 2017 pour celles de plus de 5.000 salariés. L’obligation concernera enfin, au 1er janvier 2020, les très petites entreprises (moins de 10 salariés).

Le portail Internet Chorus Pro mis à votre disposition par l’administration permet de dématérialiser facilement, gratuitement et de façon sécurisée vos factures à destination de vos clients du secteur public. Le cap symbolique de 20 millions de factures dématérialisées déposées sur Chorus Pro a été franchi cet été.
Vous comptez sans doute, vous aussi, parmi vos clients, des collectivités locales, des ministères ou des hôpitaux.

Alors n’attendez plus pour réduire votre charge administrative et améliorer la compétitivité de votre entreprise. Car la facturation électronique, c’est :

  • un gain de temps dans l’envoi, le traitement et le suivi de vos factures
  • des économies d’affranchissement et d’archivage papier
  • le suivi en ligne sur Chorus Pro du traitement de vos factures.

Pour tout savoir sur la facturation électronique, rendez-vous sur le site Internet Communauté Chorus Pro

Lire aussi : 15 recommandations pour réduire les délais de paiement.

Les délais de paiement, en France, se sont légèrement allongés à 34 j en moyenne contre 32 jours en 2017.

Délais de paiement : dans l’édition d’octobre 2018 du Baromètre Atradius des pratiques de paiement pour l’Europe occidentale, une enquête basée sur les informations fournies par environ 3.000 fournisseurs nationaux et exportateurs de 13 pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grande-Bretagne, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Suède et Suisse), plus de personnes interrogées que l’année dernière (58% contre 56% un an plus tôt) ont déclaré avoir connu des difficultés financières en raison de retards de paiement de leurs clients B2B.

Délais de paiement

Source : Baromètre Pratiques de Paiement Europe de l’Ouest 2018

En moyenne, près de 42% de la valeur totale des créances B2B des entreprises d’Europe occidentale interrogées a été payée en retard, contre 41% l’année dernière. Au niveau national, les fournisseurs interrogés en Italie et en Grèce ont été les plus durement touchés (en moyenne, près de la moitié de la valeur totale de leurs factures B2B était en souffrance). Les plus touchés par les retards de paiement des clients étrangers étaient les fournisseurs en Grande-Bretagne et en France (53% de la valeur totale des ventes à l’exportation britanniques et 51% des ventes à crédit à l’exportation françaises auraient été impayées à la date d’échéance). Les retards de paiement des clients B2B se traduisent par un DSO plus long, ce qui peut avoir un impact négatif sur les liquidités des entreprises et augmenter le risque de crédit commercial B2B. D’après l’étude Atradius, au cours de l’année écoulée, les plus fortes hausses de DSO ont été enregistrées aux Pays-Bas (46 jours, contre 41 jours) et en Grande-Bretagne (35 jours, contre 31 jours).

En France, les délais de paiement se sont légèrement allongés à 34 j en moyenne contre 32 jours en 2017. Les retards de paiement représentent désormais 47,5% des factures B2B en nombre contre 43,5% en 2017 soit 29 jours en moyenne pour les factures domestiques et 33 jours en moyenne pour les factures export soit 5 jours plus long qu’en 2017. 1,1% des factures restent par ailleurs définitivement irrécouvrables. Parmi les secteurs les plus touchés par les délais de paiement les plus longs : la construction et les biens de consommation durable.

Le Baromètre Atradius des pratiques de paiement pour l’Europe occidentale présente également les opinions des entreprises sur les principaux risques pour la croissance économique mondiale au cours des six prochains mois. Parmi elles, 45% ont déclaré que le protectionnisme américain (se transformant en guerre commerciale) est le plus susceptible de freiner la croissance économique au cours des six prochains mois. Par pays, le pourcentage le plus élevé de personnes interrogées estimant que le protectionnisme américain pourrait déclencher une guerre commerciale mondiale qui entraverait la croissance mondiale a été enregistré au Danemark (60%).

Voir aussi : Délais de paiement une baisse confirmée.

SWIFT lance un nouveau service pour bloquer les paiements suspects

Contrôle des paiementsBrussels, 22 October 2018, SWIFT annonce aujourd’hui l’introduction de Payment Controls, une nouvelle solution intelligente en réseau destinée à lutter contre les paiements frauduleux et à renforcer la sécurité existante de ses clients.

La disponibilité commerciale de ce service marque une étape importante dans le programme de sécurité client (CSP) de SWIFT – une initiative communautaire lancée en 2016 qui a renforcé la sécurité et la confiance au sein de la communauté financière mondiale.

Payment Controls aide les équipes des opérations de paiement à réduire le risque de fraude en temps réel grâce à ses fonctionnalités uniques d’alerte et de génération de rapports. Le service peut être configuré pour signaler, suspendre, libérer ou rejeter les paiements à haut risque ou inhabituels en temps réel, en fonction des besoins de l’entreprise. Initialement destiné aux petites institutions financières, le service public est hébergé dans le nuage SWIFT pour permettre aux utilisateurs un accès immédiat, sans installation ni maintenance de matériel ou de logiciel.

Le contrôle des paiements est une garantie importante pour les entreprises à mesure que la fréquence et la rapidité des paiements augmentent. Ce service renforce l’innovation en matière de paiements mondiaux (gpi) de SWIFT – la nouvelle norme en matière de paiements mondiaux, qui a considérablement amélioré les paiements transfrontaliers depuis son lancement l’année dernière.

Dans le cadre de gpi, et pour renforcer davantage les défenses de ses clients, SWIFT introduira une nouvelle fonctionnalité «d’arrêt et de rappel» qui permettra aux banques d’arrêter et de rappeler immédiatement un paiement n’importe où dans la chaîne. La nouvelle fonctionnalité constituera un autre obstacle contre la fraude – atténuant la perturbation des activités et les pertes financières face aux menaces croissantes.

Source : SWIFT launches new service to block suspicious payments

Lire aussi : SWIFT gpi réduit les délais de paiement transfrontaliers en minutes, voire en secondes.

Fraude : baisse du montant annuel sur les moyens de paiement.

Le deuxième rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement  rend compte de progrès significatifs en matière de lutte contre la fraude.

Ces progrès s’illustrent d’abord par une baisse significative à 744 millions d’euros en 2017 du montant annuel de la fraude sur les moyens de paiement émis en France, soit 54 millions d’euros de moins qu’en 2016.

Evolution du taux de fraude par moyens de paiements

Source : Observatoire de la sécurité des moyens de paiement.

Tous les moyens de paiement modernes, électroniques ou dématérialisés (reposant sur la carte, le virement ou le prélèvement), bénéficient de cette tendance baissière de la fraude, dans un contexte de croissance des flux de paiements.

  • État de la fraude sur le paiement et le retrait par carte : le montant total de la fraude sur les transactions de paiement et de retrait effectuées en France et à
    l’étranger avec des cartes françaises a de nouveau reculé en 2017 (9,6% par rapport à 2016). Il s’établit à 360,7 millions d’euros, et cela alors même que le montant total des transactions augmente sensiblement (5,8%), à 664,6 milliards d’euros.
  • État de la fraude sur le chèque : En 2017, le chèque est le seul moyen
    de paiement à connaître une hausse des montants fraudés, lesquels
    atteignent 296 millions d’euros, soit une progression annuelle de 9%.
    Dans un contexte de diminution des flux de paiement par chèque, le taux
    de fraude enregistre une hausse : il est à 0,029% en 2017, contre 0,025%
    en 2016.
  • État de la fraude sur le virement : En 2017, le montant total de la
    fraude sur les virements émis depuis un compte tenu en France
    s’élève à 78 millions d’euros, en baisse de 9%, dans un contexte
    de croissance modérée des flux de paiement associés. En conséquence, le taux de fraude en montant pour ce moyen de paiement s’établit à 0,0003 %, contre 0,0004 % en 2016.

Voir aussi : La fraude au faux fournisseur supplante la fraude au faux président.

RGPD un nouvelle approche de la data

Depuis près de 2 ans, on annonce l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données ou RGPD, ce qui entraînera une nouvelle approche de la data ce 25 mai 2018 pour de nombreuses entreprises.

Qu’est-ce que le RGPD ?

RGPD

Le RGPD, est le sujet de conversation, en ce début d’année 2018 qui fait couler beaucoup d’encre et de salive à toutes les entreprises qui détiennent une base de données personnelles ; c’est le sujet star du moment. On comprend par RGPD « Règlement Général sur la Protection de Données ». Ce règlement est un règlement européen qui définit un cadre juridique unifié pour l’ensemble de l’Union Européenne.

A un mois de la mise en application du règlement général sur la protection de données de nombreuses entreprises ne sont pas encore en conformité face à cette règlementation, qui comporte de nombreuses obligations. Cette nouvelle réglementation ouvrira notamment les portes à un nouveau métier Délégué à la Protection des Données (DPO).

Mais quels sont les secteurs d’activités concernés ? La nomination d’un DPO est-elle obligatoire ? Quelles sanctions craindre ?

Le RGPD concerne-t-elle tous les secteurs d’activités ?

Toute entreprise collectant des données personnelles est ainsi concernée. Et ce pas uniquement pour les clients ou prospect, mais aussi aux bases de données RH traitant les informations concernant les salariés. En somme, il n’y a donc pas que les grosses plateformes Internet (Google, Facebook ou Twitter) qui sont concernées.

La nomination d’un DPO est-elle obligatoire ?

Soyez sans crainte cette nomination n’est pas obligatoire pour toutes les entreprises. Elle s’appliquera en prime aux autorités publiques ou organismes publiques. Mais également aux entreprises qui effectuent des traitements exigeants un suivi régulier et systématique à grande échelle des personnes personnelles. Enfin aux entreprises qui effectuent des traitements de données sensibles.

Quelles sont les sanctions encourues en cas de non-respect du RGPD ?

Elles peuvent être lourdes car pouvant aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires annuel mondial !

En savoir plus : le site de la CNIL site de référence. Se préparer au règlement européen

Lire aussi : Six banques mondiales se joignent aux essais de Swift pour l’utilisation de la Technologies de Registre Distribué (DLT Blockchain)

La fraude au faux fournisseur supplante la fraude au faux président.

La fraude au faux fournisseur gagne la première place de l’enquête qui a été menée conjointement par Euler Hermes, le leader européen de l’assurance fraude, et la DFCG qui ont interrogé 300 directions financières sur leur exposition, leur ressenti et leurs mesures de prévention face aux différentes facettes de la fraude.

N°1 Fraude au faux fournisseurL’an passé l’enquête menée en avril 2017 auprès des DAF de 200 entreprises de toutes tailles et tous secteurs d’activités indiquait que la fraude au faux président était la plus citée (59%), suivi par la cyberattaque (57%).

Pour illustrer, la fraude au faux fournisseur ou fraude au changement de RIB reprenons le cas de ce grand groupe français fabricant de pneumatique, leader sur son marché.

Ce groupe a été sollicité par une personne se présentant comme le directeur financier d’un ses fournisseurs. Cette personne a alors demandé que les règlements destinés à sa société soient effectués dorénavant sur le compte d’une banque en République tchèque. Cet homme connaissait parfaitement la procédure à suivre et la personne à contacter au sein des services financiers pour pouvoir effectuer cette modification et ainsi dérober 1,6 millions d’euros.

Souvent l’escroc a même pris soins d’obtenir auparavant les véritables numéros et montants des factures du fournisseur, ce qui crédibilise sa demande de changement de coordonnées bancaires auprès de son interlocuteur.

Le temps, précieux allié de l’escroc, joue ici en sa faveur. Car il faut attendre que le fournisseur relance son client de ses factures impayées, pour que la supercherie soit découverte et il est alors bien tôt tard.

Mais alors, comment se protéger de cette fraude ? En lisant notre livre blanc « Fraude aux moyens de paiement : comment s’en prémunir ?

La fraude aux moyens de paiement explose en France. Pas une semaine sans que le nom d’une entreprise ne fasse la une des journaux. Faux ordre de virement international, fraude aux coordonnées bancaires, fraude au président, les sources
diffèrent sur les montants, mais ce sont plusieurs centaines de millions qui seraient désormais ainsi détournées chaque année. Mais comment s’en prémunir ?

Un guide pratique pour se protéger », publié en février 2016 mais qui deux ans après reste toujours d’actualité.

Délais de paiement une baisse confirmée.

Le bilan annuel de l’Observatoire des délais de paiement confirme la réduction des retards de paiement en 2017 par rapport à l’année 2016.

Selon le rapport annuel rendu publique à Bercy vendredi 23 Mars, par la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, et Jeanne-Marie Prost, présidente de l’observatoire des délais de paiement, on constate une évolution favorable des délais de paiement en 2017 en comparaison de l’année 2016.

« Les retards de paiement sont descendus sous les 11 jours en 2017 ».

Délais de paiementLe bilan dresse un constat positif et à encourager. Le rapport fait en 2016 qui avait atteint une moyenne de 11,6 jours vient de passer sous la barre de 11 jours.
Delphine Gény-Stephann, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances se « félicite de ces améliorations car ces délais sont des freins à la croissance de nos entreprises. Les réformes successives de 2014, 2015 et 2016 commencent à porter leur fruit. Il reste toutefois indispensable que les grandes entreprises montrent l’exemple et se mobilisent pour nouer des relations plus équilibrées avec leurs fournisseurs notamment les PME. A cet égard, je salue la décision de l’AFEP de rejoindre l’Observatoire en 2018 ».

« Délais de paiement : un enjeu crucial pour les TPE/PME ».

C’est une baisse qui s’inscrit dans un contexte généralement favorable pour les PME, TPE malgré des disparités avec les grandes entreprises, les PME sont des bons payeurs et n’hésitent pas à recourir à des médiateurs. Tandis qu’une seule grande entreprise sur deux paie ses fournisseurs dans les délais.
Pour expliquer cette réduction, l’une des raisons avancées est l’efficacité du dispositif de surveillance et de sanction la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la répression des fraudes.). En effet en application des articles L. 441-6 VI et L. 470-2 du code de commerce, des amendes sont dorénavant régulièrement prononcées par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) à l’encontre des sociétés pour des retards dans le paiement des factures de ses fournisseurs.

En savoir plus : Le portail de l’Économie, des Finances,
de l’Action et des Comptes publics

Lire aussi : Une société de thé glacé ajoute «Blockchain» à son nom, sa valorisation explose de 200 %.

SWIFT gpi réduit les délais de paiement transfrontaliers en minutes, voire en secondes.

SWIFT annonce que leurs adhérents envoient plus de 100 milliards USD de messages SWIFT gpi (global payments innovation) chaque jour. Ce qui permet de créditer les paiements aux bénéficiaires finaux en quelques minutes, et ce, en quelques secondes.

Swift Gpi

  • 50% des paiements SWIFT gpi  sont crédités en moins de 30 minutes
  • Les paiements sont envoyés à travers 220 couloirs de pays
  • De nouveaux couloirs ouverts tous les jours
  • Plus de 100 milliards USD de paiements par jour effectués par jour

Bruxelles, le 28 février 2018.

Dans l’ensemble, ce sont près de 50% des paiements de SWIFT gpi qui sont crédités aux bénéficiaires finaux dans les 30 minutes. Et près de 100% des paiements le sont dans les 24 heures. Ceux qui prennent plus de temps impliquent généralement des conversions de devises plus complexes, des vérifications de conformité ou des autorisations réglementaires.

« Grâce à SWIFT gpi, les banques peuvent créditer leurs paiements en quelques minutes et même en quelques secondes, tandis que leurs clients font face à des cycles d’approvisionnement plus courts et peuvent expédier des marchandises plus rapidement. »
– Harry Newman, responsable des services bancaires, SWIFT

Plus de 150 institutions financières ont adopté SWIFT gpi à travers le monde.

Des centaines de milliers de paiements, représentant près de 10% du trafic de paiements transfrontaliers de SWIFT, sont envoyés quotidiennement. Et ce dans 220 couloirs de paiement internationaux. Cela inclut les principaux corridors de pays tels que les États-Unis et la Chine. Pays où les paiements SWIFT gpi représentent déjà plus de 25% du trafic de paiement.

En plus des 150 institutions financières qui ont adopté SWFT gpi, plus de 50 infrastructures de paiement sont déjà en train d’échanger des paiements gpi, ce qui permet un échange et un suivi au niveau national. Les infrastructures du marché des paiements ont un rôle essentiel à jouer pour faciliter le suivi de bout en bout des paiements transfrontaliers car dès que les paiements internationaux atteignent le pays de destination, ils sont généralement compensés par les infrastructures de paiement locales. En étant en mesure de continuer à suivre les paiements en temps réel, les banques et leurs clients peuvent optimiser leurs fonds.

En savoir plus : www.swift.com SWIFT gpi reduces cross-border payment times to minutes, even seconds

Lire aussi : blog avizo SWIFT gpi for Corporates, nouvelle innovation pour les entreprises en matière de paiements internationaux.

Avizo recrute un Consultant Cash Management (H/F)

Avizo recherche à nouveau un nouveau talent afin de renforcer ses équipes dans le cadre du fort développement de ses missions liées à l’implémentation des solutions Kyriba, leader mondial en solutions de gestion de trésorerie en mode SaaS (software-as-a-service).

En charge de l’implémentation des solutions de gestion de trésorerie, de risques financiers et de Supply Chain Finance auprès de nos clients (directions financières, trésoriers d’entreprise) PME, ETI et Grands Groupes, vous intervenez avec le chef de projet, sur l’ensemble des étapes du projet, comprenant la phase d’analyse du besoin, la définition et la réalisation des paramétrages, les formations, l’assistance à la mise en production et ce jusqu’à l’autonomie et la pleine satisfaction de votre client.

Qualités requises 

  • Gestion de projet
  • Sens du service client
  • Autonomie et pro-activité
  • Diplomatie et pédagogie
  • Rigueur et organisation
  • Aisance relationnelle et rédactionnelle
  • Bonne maîtrise de l’anglais parlé et écrit

Expériences demandées

  • Diplômé(e) d’un cursus de Finance, vous avez acquis une bonne connaissance en gestion de trésorerie opérationnelle, lors d’une première expérience au sein du département trésorerie d’une entreprise.
  • Vous avez mené avec succès ou participé à un projet d’implémentation de logiciels Saas de gestion de trésorerie, de risques financiers ou de Supply Chain Finance.

Salaire

  • selon profil

Localisation

  • Paris, Île de France, principalement mais des déplacements en province et à l’étranger sont à envisager

Si vous êtes intéressé(e) par le passionnant métier de consultant et êtes motivé(e) par la perspective d’intégrer une structure à taille humaine, sachant reconnaître les talents, postulez dès à présent ! Pour cela, merci de bien vouloir nous adresser votre CV, lettre de motivation et prétentions salariales à job(at)avizo.tm.fr

Créée en 2004, Avizo est une société de conseil opérationnel et d’intégration de systèmes informatiques, spécialisée dans la Gestion de trésorerie et des flux financiers.
La vocation opérationnelle de l’accompagnement proposé par Avizo est garantie par ses équipes de consultants expérimentés. Capitalisant sur ses retours d’expériences, Avizo a développé une offre construite autour de trois thématiques majeures : Conseils, Systèmes, Ressources. Avizo développe tout particulièrement ses offres de services auprès des trésoriers et directeurs financiers des PME, ETI, nationales ou internationales.

ALBIOMA, ACUITIS, ALAIN AFFLELOU FRANCHISEUR, AGROGENERATION, AUXIA, BNP PARIBAS LACM, CHRYSO, CONTOURGLOBAL, COSER, COTY, DIRICKX GROUPE, ECS, ECONOCOM, FRANCE ACTIVE, GROUPE ESSEC, GROUPE MONNOYEUR, ISOCHEM, LE CONSERVATEUR, LYOVEL, MATIS Group, POWEO, PRET-D’UNION, SAFE DEVELOPMENT, SOLAIREDIRECT, SPHERE, SPIGRAPH, SUSHI SHOP, SWIFT & TISMADE, TECHNICOLOR, TRANSAVIA, VEDICI,… font confiance à Avizo.

Avizo a remporté cette année l’Award Kyriba « France Channel Partner of the year ». Ce prix est un témoignage de nos efforts continus et de notre engagement à implémenter pour nos clients une véritable solution de gestion de trésorerie de nouvelle génération dans le Cloud. Cette récompense nous apporte une crédibilité supplémentaire auprès de nos clients, actuels et futurs. Il est le témoignage de la pérennité de notre partenariat avec Kyriba et des bonnes pratiques que nous continuerons d’appliquer à l’ensemble de nos projets communs.